Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Catherine de Sienne, la sainte qui transforma sa maison en infirmerie de fortune

Partager

Le souvenir de sainte Catherine de Sienne est vivace en Italie, notamment à Varazze, en Ligurie.

À Varazze, dans le nord-ouest de l’Italie, ce jeudi 30 avril aura une résonance particulière. C’est dans une ville totalement confinée que la traditionnelle procession au lendemain de la fête de Catherine de Sienne se déroulera, en présence de seulement deux personnes. Sans cortège costumé mais avec la même émotion qui demeure depuis des siècles, le maire de la ville et le curé de la collégiale Sant’Ambrogio arpenteront les rues de cette petite commune du nord-ouest de l’Italie pour bénir les habitants aux fenêtres.

Sa présence a suffi pour convertir les âmes et les mettre en contrition

Née à Sienne en 1347, la jeune femme analphabète et vingt-troisième enfant d’une famille de vingt-cinq, a marqué l’histoire de son pays en sauvant des milliers de vies lors de l’épidémie de la peste noire. Dans sa ville natale, dès l’apparition de la maladie en 1374, elle n’a pas hésité à littéralement transformer sa maison pour accueillir les malades. « J’ai vu des milliers d’hommes et de femmes descendre précipitamment du sommet des montagnes, se précipitant des terres environnantes, répondant presque au son d’une mystérieuse trompette. Ils sont venus la voir, ils n’ont pas fait semblant de parler, sa présence a suffi pour convertir les âmes et les mettre en contrition », témoigne son confesseur, le père Raymond de Capua.

Patronne de Varazze

Lors d’un passage à Varazze deux ans plus tard, Catherine fut très touchée par le parfum de mort qui régnait dans la ville, complètement décimée par la peste. Elle pria intensément et demanda aux habitants de bâtir une chapelle en l’honneur de la Très Sainte Trinité. La légende raconte que Varezze fut ainsi libérée de l’épidémie. Pour sa fête, les Varazzini décoreront leurs balcons de fleurs banches ou d’un drap blanc cette année, en l’honneur de la sainte patronne de la ville.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]