Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Les « Vendredis de la miséricorde », de petits défis pour colorer la vie

Prière
© Shutterstock
Partager

Instituée le premier dimanche après Pâques, la fête de la Miséricorde Divine, que nous célébrons cette année ce dimanche 19 avril, est une réponse de l’Église à la demande de Jésus transmise à Sœur Faustine, mystique polonaise ayant eu des visions du Christ ressuscité. Une occasion idéale de se lancer dans le défi des « Vendredis de la miséricorde » instaurés par le pape François.

Au moment de célébrer ce dimanche la fête de la Miséricorde pourquoi ne pas découvrir le rituel du pape François qui en est directement inspiré ? Il s’agit des Vendredi de la miséricorde instaurés par le Souverain pontife en 2015. Depuis le début de son pontificat, le pape argentin est revenu régulièrement sur le sens profond de la miséricorde comme vertu évangélique. Comme Jean Paul II il était très attentif aux messages de Jésus transmis à sainte Faustine, mystique polonaise, la « sécrétaire de la miséricorde de Jésus » :

Ainsi, en annonçant en 2015, une Année sainte de la Miséricorde (du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016), le Pape a tenu à lancer les Vendredis de la miséricorde. Le principe est simple. Faire au moins d’un vendredi par mois, le jour marqué par un acte concret de miséricorde. Une résolution que le pape François applique lui-même. En effet, depuis le lancement de cette initiative, le Souverain pontife trouve un vendredi tous les mois le temps de rendre visite à ceux qui sont marginalisés : Ceux qui vivent dans la pauvreté, l’oubli, l’abandon ou encore la solitude.

Les observateurs accrédités au Vatican se sont d’ailleurs rendus compte à plusieurs reprises que le pape argentin, malgré son programme chargé, est fidèle à cet engagement. Ainsi, en quittant parfois discrètement l’enceinte du Vatican à bord de sa Ford Focus bleue, il s’est rendu en surprise dans une maison pour personnes âgées ou malades, une autre fois aux urgences de néonatologie, comme encore dans un centre d’accueil pour réfugiés, ou dans une communauté de personnes vivant avec divers handicaps.

« L’humanité ne trouvera pas la paix tant qu’elle ne se tournera pas vers la source de ma miséricorde ».

Le Pape a aussi visité une amie de longue date qui vivait seule, ou il a appelé longuement une famille en deuil d’un enfant. Aucune circonstance ne l’a visiblement écarté de ce nouveau rituel. Pour lui, les « Vendredi de la miséricorde » sont sa réponse personnelle et concrète aux paroles de Jésus transmises à Sœur Faustine et rapportées dans son Journal qui sont à l’origine de la fête de la Miséricorde : « L’humanité ne trouvera pas la paix tant qu’elle ne se tournera pas vers la source de ma miséricorde ».

Pourquoi pas ne pas profiter de célébrer la fête de la Miséricorde divine en se lançant à notre tour dans le défi des « Vendredis de la miséricorde » ? Le confinement lui-même ne devrait pas être un obstacle. Les différentes initiatives ne manquent pas. Dans un monde tout aussi affecté par le virus de l’indifférence que par la menace du virus Covid-19, les œuvres de miséricorde comme ces Vendredis de la miséricorde sont peut-être le meilleur antidote. Les personnes dans le besoin, particulièrement en ce moment, ne manquent pas autour de nous, nul doute que l’Esprit-Saint saura nous insuffler les bonnes actions à entreprendre, en prenant modèle sur celles du pape François.