Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconActualités
line break icon

Morts dans la rue : ils s’appelaient Damian, Nadia, Patrick, Fanica…

JOEL SAGET I AFP

Paris, 18 mars 2020. Alors que la France est en période de confinement, les sans-abri restent enfermés... dans la rue.

Agnès Pinard Legry - Publié le 31/03/20

Le collectif Les Morts de la Rue, qui travaille en collaboration avec de nombreuses associations solidaires, a rendu un hommage, mardi 31 mars, aux 569 sans-abri décédés en France en 2019.

« Je vous propose que nous soyons obsessionnels, que nous continuions à compter nos mortes et nos morts, parce que quand des morts sont prévisibles, c’est qu’elles sont aussi évitables ». C’est l’appel qu’a lancé Géraldine Franck, présidente du collectif Les Morts de la Rue, lors de l’hommage rendu mardi 31 mars, comme chaque année, aux sans-abri décédés dans la rue. En 2019, ce sont 569 personnes qui ont perdu la vie dans la rue (ils étaient 566 en 2018).

Le premier mort recensé, le 1er janvier 2019, s’appelait Damian et avait 38 ans. Il vivait dans le 10e arrondissement parisien. Le dernier est décédé le 31 décembre à Metz. Il s’appelait Patrick et avait 57 ans. En raison du confinement imposé face à l’épidémie de covid-19, il s’agissait d’un hommage virtuel. Mais d’une année sur l’autre, le message ne varie pas : vivre à la rue on en meurt.




Lire aussi :
Avec le confinement, à Paris Hiver Solidaire se transforme en « Printemps Solidaire »

Un message d’autant plus fort que les mesures de confinement pour stopper la propagation de l’épidémie de coronavirus ont mis un coup d’arrêt à de nombreux actions de solidarité à destination des personnes de la rue. Et qui trouve un écho. « En réponse à une situation de détresse des plus démunis », le diocèse de Paris a ainsi annoncé, mardi 24 mars, qu’en partenariat avec les acteurs de la solidarité de la capitale, il s’associait à l’opération de distribution alimentaire organisée par la préfecture et la mairie. Au total, vingt paroisses parisiennes ont été retenues comme centres de distribution de proximité afin de multiplier les lieux et ainsi éviter les déplacements. Elles viennent en complément de quatre grands centres qui vont distribuer quotidiennement dans la capitale 5 000 panier-repas.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=5G9kRzTbZZ4%5D

Tags:
ConfinementCoronavirussdfsolidarite
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement