Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Le psaume qui a sauvé Asia Bibi quand elle était en prison

BIBLE
Marie DOCHER/CIRIC
Partager

Asia Bibi, chrétienne pakistanaise condamnée à mort pour blasphème puis acquittée, est revenue pour Aleteia sur son histoire. Elle a notamment évoqué le psaume qui l’a aidé à tenir tout au long de ses dix années de détention.

Emprisonnée puis condamnée à mort au Pakistan pour blasphème en novembre 2010, Asia Bibi aura passé dix ans de sa vie en prison. Malgré la solitude et les souffrances, elle n’a cessé d’espérer. En prison, « J’étais très isolée et je faisais tout pour être extrêmement silencieuse », confie-t-elle à Aleteia. « Mais, surtout, j’ai gardé Dieu dans mon cœur. Je priais chaque jour ».

Tout au long de ces années, un passage de la Bible l’a tout particulièrement soutenu. « La parole qui me revenait sans cesse était : « Le Seigneur est ton refuge ». À chaque fois, c’était le premier verset sur lequel je tombais », explique-t-elle. Ce passage, extrait du Psaume 15, a porté Asia Bibi pendant dix ans. Aujourd’hui encore, elle en tire la force de continuer son combat contre la loi anti-blasphème.

Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait de toi mon refuge.
J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu ! Je n’ai pas d’autre bonheur que toi. »
Toutes les idoles du pays, ces dieux que j’aimais, + ne cessent d’étendre leurs ravages, * et l’on se rue à leur suite.
Je n’irai pas leur offrir le sang des sacrifices ; * leur nom ne viendra pas sur mes lèvres !
Seigneur, mon partage et ma coupe : de toi dépend mon sort.
La part qui me revient fait mes délices ; j’ai même le plus bel héritage !
Je bénis le Seigneur qui me conseille : même la nuit mon cœur m’avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ; il est à ma droite : je suis inébranlable.
Mon cœur exulte, mon âme est en fête, ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m’abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption.
Tu m’apprends le chemin de la vie : devant ta face, débordement de joie ! A ta droite, éternité de délices !