Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Albi : des drapeaux maghrébins déployés au sommet d’une église

Église Saint-Jean-Baptiste de Rayssac
Diocèse d'Albi
Église Saint-Jean-Baptiste de Rayssac
Partager

Plusieurs individus sont montés dimanche après-midi sur le toit d’une église d’Albi a-t-on appris lundi. Ils ont notamment déployé pendant quelques minutes les drapeaux algérien, tunisien et marocain. Une plainte a été déposée.

Quelques paroissiens étaient réunis ce dimanche après-midi pour une réunion dans une des salles au sous-sol de l’église Saint-Jean-Baptiste, située dans le quartier de Rayssac, à Albi. S’ils ont entendu un peu de bruit, ils n’ont rien remarqué ni été inquiétés à leur sortie vers 17h. Pourtant, en début d’après-midi, une dizaine de jeunes se sont réunis devant l’église, et trois d’entre eux sont montés sur le toit pour déployer des drapeaux algérien, tunisien et marocain. C’est la photo de cette action largement relayée sur les réseaux sociaux qui a permis de comprendre ce qui s’était passé. Pendant l’action du groupe, un voisin choqué a néanmoins appelé la police. Mais à son arrivée, les jeunes et les drapeaux avaient disparu. Aucun tag ni vitre brisée n’est à déplorer sur ce sanctuaire construit à la fin des année 1960 et inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

Si le curé de l’église est étonné de l’incident, ne constatant pas dans son quartier de tensions particulières, il a néanmoins décidé de porter plainte, ce lundi 10 février, y voyant un « acte de défiance », comme l’indique un communiqué sur le site du diocèse d’Albi. Le père Paul de Cassagnac apporte « son soutien à ceux qui ont été heurtés par cette scène exécrable, en particulier les habitants du quartier ». Il appelle néanmoins à la recherche de la paix, « comme y invitaient le pape François et le Grand Imam d’Al-Azhar le 4 février 2019 à Abou Dhabi. »

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]