Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Burkina Faso : après un nouvel attentat, l’appel à l’unité de Mgr Dabiré

Le Splendid Hotel de Ouagadougou (Burkina Faso) après l'attaque meurtrière du 15 janvier 2016 © ISSOUF SANOGO : AFP
Un soldat burkinabé près d'un hôtel visé par un attentat, le 15 janvier 2016.
Partager

C’est un bien triste Noël qui a eu lieu au Burkina Faso avec la mort de 42 personnes, mardi 24 décembre 2019, dans une double attaque terroriste à Arbinda, près de la frontière malienne. Mgr Laurent Dabiré, évêque de Dori et président de la Conférence épiscopale du Burkina-Niger, a adressé un appel à la solidarité et à l’unité.

35 civils, dont 31 femmes, quatre soldats et trois gendarmes ont été tués ce mardi 24 décembre 2019 dans une attaque djihadiste à Arbinda, dans le nord du Burkina Faso. Il s’agit d’une des attaques les plus meurtrières de l’histoire de ce pays sahélien, qui a décrété 48 heures de deuil national. 80 terroristes auraient par ailleurs été tués, selon l’état-major des armées burkinabées. L’attaque, d’une « rare intensité », a duré « plusieurs heures », comme l’a annoncé le président burkinabè Roch Kaboré en personne, sur Twitter. Plus tard dans la soirée, il a ajouté « en ce jour de Noël, ayons une pensée pieuse pour les familles éplorées par les attaques terroristes contre notre pays et soyons en communion avec nos vaillants soldats qui se battent avec héroïsme pour assurer la sécurité du territoire national ».

Interrogé sur KTO, Mgr Laurent Dabiré, évêque de Dori, et président de la Conférence épiscopale du Burkina-Niger, a de son côté indiqué que « la prière du Pape pour les victimes a été d’un très grand réconfort ». En effet, lors de sa bénédiction Urbi et Orbi ce mercredi 25 décembre, le Pape a rappelé que « le Christ doit être un réconfort pour tous ceux qui sont persécutés à cause de leur foi religieuse comme les victimes des attaques de la part de groupes extrémistes au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nigeria ». Monseigneur Laurent Dabiré a par ailleurs envoyé un message à l’unité. « J’en appelle au courage et à la confiance des burkinabés […] que nous restions dans la solidarité et l’unité », a-t-il conclut.

Pour mémoire, depuis la chute de Blaise Compaoré en 2014, le Burkina Faso est en proie à une instabilité évidente, notamment dans le nord où des groupes djihadistes présents dans les pays limitrophes (Mali et Niger principalement) ont réussi à s’infiltrer.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]