Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Avec saint Augustin, soyez un missionnaire intelligent

Saint Augustin
Vitrail de saint Augustin à Thi Nghe Church, à Ho Chi Minh (Vietnam).
Partager

Évangéliser, c’est porter la Bonne Nouvelle du Christ. Les premiers chrétiens ont consacré leur vie à la mission, et si elle prend d’autres formes aujourd’hui, elle n’en reste pas moins une urgence. Pourquoi ne pas s’appuyer sur les exemples des saints qui, à travers leurs vie, en montrent différentes facettes ? Saint Augustin montre que l’on peut conjuguer raison et foi.

Comment être missionnaire aujourd’hui, interrogent Raphaël Cornu-Thenard et Samuel Pruvot dans Manifeste pour la mission. Dans cet ouvrage, ils s’appuient sur des personnalités d’hier et d’aujourd’hui pour développer dix « idées-forces » sur la mission. Selon eux, l’enracinement dans le Christ « fait fortement appel à notre intelligence, mise au service de la recherche de Dieu ». Ils défendent l’idée que foi et raison ne sont pas incompatibles, bien au contraire, et utilisent cette formule choc : « Avant la foi, comprendre pour croire, après la foi, croire pour comprendre ».

« L’homme peut construire sur le roc »

« L’intelligence de la foi déborde la seule vie intérieure et influence peu à peu tous les aspects de l’existence », poursuivent-ils. Être missionnaire, ce n’est pas avoir des qualités intellectuelles qui surpassent la moyenne, mais c’est savoir puiser dans son intelligence pour grandir dans la foi. « Quand la foi et la raison marchent ensemble, l’homme peut construire sur le roc et survivre aux secousses culturelles les plus graves », soutiennent les auteurs. La quête de la vérité est parfois « un long accouchement », ainsi que l’a montré saint Augustin. Futur père de l’Église, il mène une jeunesse dissipée et, dit-on, fait beaucoup pleurer sa mère sainte Monique qui voit son fils s’éloigner de Dieu. Et pourtant, Augustin est assoiffé de Vérité : il étudie, lit Cicéron, s’intéresse à la doctrine manichéenne, et se convertit finalement au christianisme après avoir rencontré saint Ambroise. Il devient évêque d’Hippone et combat les hérésies, mettant son intelligence au service de la foi.

Saint Augustin « explique que l’effort de l’intelligence n’est pas un exercice désordonné mais doit être consacré à Dieu afin de contribuer entièrement à la vie spirituelle. “Dieu vous garde, écrivait-il à un disciple, de supposer qu’il haïsse en nous ce par quoi justement il nous a élevés au-dessus des êtres. À Dieu ne plaise que croire nous empêche de chercher et de trouver les causes ! De toute votre âme, travaillez à comprendre !”. Cette intelligence, dont l’ampleur peut effrayer chez saint Augustin, n’est pas désincarnée. En effet, tout en écrivant sur la Justice, la Grâce, le péché, saint Augustin, en tant qu’évêque, est d’abord un pasteur qui assure aussi un rôle politique, administratif, social (le secours aux plus démunis) et juridique, toujours au contact des nombreux fidèles qui se pressent à sa porte avec leurs préoccupations très terre à terre. […] L’intelligence de la foi déborde la seule vie intérieure et influence peu à peu tous les aspects de l’existence. Saint Augustin montre à quel point le christianisme transforme l’homme et, au-delà de lui, toute la société ».

Manifeste pour la mission
© Salvator

Manifeste pour la missionRaphaël Cornu-Thenard et Samuel Pruvot, Éditions Salvator, septembre 2019, 18 euros.

En images : douze perles de sagesse de saint Augustin