Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 06 décembre |
Saint Nicolas de Myre
home iconActualités
line break icon

Pornographie : Emmanuel Macron exige le contrôle parental

Eric Feferberg / POOL / AFP

Louise Alméras - Publié le 22/11/19

À l’occasion de la 30e journée internationale pour les droits de l’enfant, le 20 novembre dernier, Emmanuel Macron s’est exprimé sur deux fléaux majeurs. Il entend lutter plus fermement contre l’accès aux contenus pornographiques par les jeunes et contre la pédopornographie. Une manière de protéger l’enfance et de mettre au diapason numérique et justice.

La consultation des sites pornographiques par les plus jeunes, enfants et adolescents, est devenu un véritable problème de société. Dans l’enceinte de l’Unesco, le chef de l’État a déclaré donner six mois aux « opérateurs » pour aider à établir le contrôle parental par défaut. Alors qu’il est actuellement plutôt de l’ordre de « la démarche volontaire ». Le Président veut ainsi « permettre aux parents de reprendre davantage la main sur l’utilisation du numérique par leurs enfants ». Si dans six mois les acteurs d’internet, sites et opérateurs, n’ont pas proposé de « solutions robustes », le gouvernement légifèrera lui-même.

« Dans notre pays, on accède à la pornographie vers l’âge de 13 ans. Pour ces jeunes, leur imaginaire et leur sexualité se construisent par la brutalité qui va avec ces images », lit-on sur le compte Twitter d’Emmanuel Macron.

Pour renforcer la prise de conscience, il rappelle même, à la tribune de l’Unesco, « qu’on n’emmène pas un enfant dans un sex-shop à treize ans ». Côté législation, les choses avancent aussi. « La responsabilité et les sanctions des sites pornographiques qui permettent aux mineurs d’accéder à leurs contenus doivent aussi être renforcés », a précisé Emmanuel Macron. Le code pénal sera donc modifié. Il y sera précisé que « le simple fait de déclarer son âge en ligne ne constitue pas une protection suffisante » pour les « mineurs de moins de quinze ans ». Le Président demande de « généraliser les dispositifs des vérificateurs d’âge efficaces sur les sites pornographiques ». Suite à cette nouvelle obligation, les juges pourront sanctionner les sites qui ne respectent pas cette règle. Cela sera effectif dès le début de l’année 2021.

La pédopornographie plus durement sanctionnée

Une autre mesure a été annoncée, toujours de l’ordre du durcissement. La pédopornographie et ceux qui la pratiquent seront, dans la mesure du possible, systématiquement privés de travailler au contact d’enfants. Du reste, les peines carcérales seront portées à cinq ans pour « consultation d’images pédopornographiques ». « Jusqu’à présent, parce que notre droit n’était pas clair, il y avait en moyenne 400 personnes chaque année qui consultaient ou détenaient de tels contenus », confie-t-il. « Des gens potentiellement dangereux pour nos enfants ». Elles seront désormais systématiquement inscrites au fichier judiciaire national (le FIJAISV), ce qui n’était pas le cas auparavant.




Lire aussi :
Les enfants victimes de la barbarie du porno

Afin de protéger durablement l’enfance, le chef de l’État a expliqué mettre en place un renforcement des contrôles. Désormais, « toutes les personnes qui dirigent des crèches, des écoles, des clubs de sport, des associations agréées ou qui ont une dérogation de service public, devront consulter ce fichier quand elles embauchent quelqu’un. » Des audits seront effectués par les membres du gouvernement pour s’assurer qu’elles le font bien. « Ce sera non seulement une possibilité, ce qui n’était pas le cas aujourd’hui, mais un devoir », a-t-il insisté.

Les mesures concernant l’accès aux contenus pornographiques s’inscrivent dans la continuité des réformes du projet de loi audiovisuelle. Ainsi, le CSA se voit étendre pouvoirs et devoirs. Il devra protéger les mineurs de la pornographie en surveillant les plateformes numériques et, si besoin, les sanctionner.




Lire aussi :
Pornographie : heureux les enfants privés d’internet ?

Tags:
Emmanuel Macronpornographie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Benoît XVI : "Le Seigneur m’a retiré la parol...
EMMANUEL MACRON
Henri Quantin
Les catholiques sont des "citoyens exemplaire...
groupe de louange
La rédaction d'Aleteia
Humour : et vous, "parlez-vous le catholique"...
Matteo Farina; Chiara Badano, Carlo Acutis
Marzena Devoud
Ils n'ont pas attendu d'être adulte pour être...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement