Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La doctrine sociale de l’Église, un bon critère d’investissement ?

PLANT MONEY
Partager

Lancé en 2008 à l’initiative de la Conférence des évêques de France (CEF), le fonds Ethica s’ouvre désormais à tous les investisseurs désireux « de diversifier leurs placements dans un fonds géré selon les principes tirés de la doctrine sociale de l’Église ».

Et si vous faisiez rimer vos placements avec rendement, performance et éthique ? Créé en 2008 au cœur de la crise des subprimes par la Conférence des évêques de France (CEF) et Allianz Global Investors, le fonds Ethica était initialement réservé aux diocèses souhaitant « diversifier leurs placements dans un fonds d’actions de la zone euro géré selon des principes tirés de la doctrine sociale de l’Église ».

Lire aussi : Investissement : un placement éthique, c’est possible

En raison de ces principes, des filtres spécifiques sont appliqués avec d’un côté l’exclusion de certains secteurs (tabac, pornographie…), et de l’autre le choix d’entreprises tenant compte des principes suivants : respect des droits de l’humain, de la vie, promotion de la paix et respect des droits fondamentaux du travail. De plus, quatre principes de notation sont appliqués : le développement du progrès social et de l’emploi, la préservation de l’environnement, le respect des règles de fonctionnement du marché et le respect de règles de bonne gouvernance. Enfin, « les critères financiers classiques, tels que la croissance des résultats ou la valorisation des entreprises, sont pris en compte afin de construire un portefeuille offrant la meilleure combinaison possible de critères éthiques de l’Église et de qualités financières », précise Allianz Global Invesors.

Un taux de performance de 40%

Et les résultats sont là : sur un an le taux de performance du fonds est de 7, 85% et sur dix ans, le taux est légèrement supérieur à 40%. À titre de comparaison, il est légèrement inférieur à 30% pour l’indice de référence Eurostock 50. Le fonds gère actuellement plus de 80 millions d’euros. Géographiquement, le fonds est principalement exposé sur son marché domestique constitué du marché des actions de la Communauté européenne. Au sein de son marché domestique, son exposition sur la zone euro atteindra 80% et permettra ainsi 20% maximum de diversification, dont 10% d’exposition maximum hors de la Communauté européenne. Fort de ces résultats, la CEF a annoncé son ouverture aux particuliers. Pour Ambroise Laurent, secrétaire général adjoint de la CEF, il s’agit « d’offrir à un public plus large la possibilité d’investir dans un fonds actions géré selon les principes tirés de la doctrine sociale de l’Église ».

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]