Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une championne olympique remporte une victoire contre Nike en faveur de la maternité

ALLYSON FELIX
Instagram-@af85
Partager

Allyson Felix et d’autres athlètes féminines ont fait pression sur le géant du sport et ont été entendues.

Allyson Felix est l’une des meilleures sprinteuses au monde. Elle a remporté neuf médailles olympiques, dont les deux dernières aux Jeux olympiques de Rio en 2016. Selon la chaîne sportive américaine ESPN, cela fait d’elle « l’athlète féminine la plus primée de l’histoire olympique américaine ». Des performances et une notoriété qui n’a pas échappé à l’équipementier sportif, Nike. Ces dernières années, Allyson a été à l’affiche de campagnes publicitaires pour Nike. Mais lorsqu’elle a décidé de devenir mère en 2018, Nike lui a tourné le dos.

La maternité comme priorité

Le contrat d’Allyson avec Nike avait pris fin en 2017, elle a alors entamé des négociations pour son renouvellement. Sauf qu’en mai 2018, elle apprend qu’elle est enceinte et le 28 novembre suivant donne naissance à une jolie petite fille à qui elle donne avec son mari, Kenneth Ferguson, le nom de Camryn. Le 20 décembre, quelques semaines après la naissance de son bébé, Allyson publie un long article sur le site d’ESPN dans lequel elle révèle des détails sur sa grossesse, qui s’est terminée par une césarienne pratiquée en urgence.

View this post on Instagram

family over everything

A post shared by Allyson Felix (@af85) on

Dans cet article, elle dit qu’elle savait que devenir mère pouvait avoir une incidence sur sa carrière sportive, mais qu’elle était y était « prête ». Elle était fatiguée de vivre pour répondre aux attentes des autres, obligée de toujours « faire passer la course à la première place ». Elle avait besoin d’être elle-même et d’être guidée par des priorités plus élevées. « J’essaie d’être ouverte à ce que Dieu nous réserve, à moi et à ma famille « , affirme-t-elle dans l’article.

Aucune protection pour les mères

Comme on pouvait s’y attendre, au moment de renouveler son contrat avec Nike, l’entreprise lui a offert un salaire diminué de 70%, au motif qu’elle ne pourra pas courir autant ou aussi vite pendant qu’elle récupère de sa grossesse. Aussi, elle a ressenti le besoin de faire pression pour obtenir une protection contractuelle en tant que mère, demandant à Nike de « garantir dans le contrat que je ne serais pas pénalisée si je ne réalise pas d’excellentes prestations dans les mois qui entourent l’accouchement ».

Lire aussi : Novak Djokovic : « Avant d’être sportif, je suis chrétien »

Elle a affirmé cela lorsqu’elle a décidé de suivre l’exemple d’autres athlètes féminines devenues mères, Alysia Montaño et Kara Goucher. Elles ont dénoncé publiquement les pratiques de Nike visant à réduire la rémunération des mères. En mai 2019, à la suite de la publication de son article dans le New York Times, simultanément à d’autres articles d’athlètes féminines, Nike a promis de modifier ses contrats pour protéger les athlètes pendant la grossesse. Il restait encore à préciser les détails de cet engagement.

Victoire hors piste

Le 12 août, Allyson et les autres athlètes ont gagné leur bataille. Nike a envoyé un courriel signé par John Slusher, vice-président exécutif du Global Sports Marketing de Nike, dans lequel il annonce l’ajout d’une clause de protection maternelle dans ses contrats avec les athlètes féminines. Allyson a partagé le courriel sur son compte Instagram, qui compte plus de 600.000 followers : La clause est la suivante : « Si l’athlète est enceinte, Nike ne peut appliquer aucune réduction liée aux performances (le cas échéant) pendant une période de 18 mois consécutifs, à commencer de huit mois avant la date présumée de l’accouchement de l’athlète. Pendant cette période, Nike ne pourra appliquer aucun droit de résiliation du fait que l’athlète ne peut concourir en raison de sa grossesse. »

Dans le texte accompagnant la photo du courriel, Allyson célèbre le fait qu’elle et ses collègues ont réussi à faire changer la façon dont Nike traite les femmes. Elle remercie également toutes les marques qui ont pris des engagements similaires.

Le pouvoir des femmes de s’exprimer

Dans son texte, Allyson écrit aussi : « Nos voix ont du pouvoir. Nike s’est officiellement et contractuellement engagé à fournir une protection maternelle aux athlètes féminines sponsorisées. Cela signifie que les athlètes féminines ne seront plus pénalisées financièrement parce qu’elles ont un enfant. » Aujourd’hui, Allyson Felix n’est plus sponsorisée par Nike. Elle a récemment décidé de signer un contrat avec une autre entreprise. Elle continue de montrer que sa carrière professionnelle est importante pour elle, mais qu’elle n’est pas pour autant prête à renoncer à la maternité. Sur son site officiel il est fait mention que « Allyson a tant accompli, mais son plus grand accomplissement et son plus grand amour est sa fille, Camryn, qui lui rappelle chaque jour qu’elle ne peut jamais cesser de se battre pour ce qui est juste dans notre monde ».

Ces légendes du sport qui rendent grâce après un exploit :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]