Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

On surnomme cette cathédrale « la lanterne du Bon Dieu »

La cathédrale Saint-Étienne de Metz.
Partager

La cathédrale de Metz fête cette année ses 800 ans. Et depuis huit siècles, celle qu’on appelle gentiment "la lanterne du Bon Dieu", rayonne sur la ville de Metz. Mais pourquoi la prénomme-t-on ainsi ?

Avec ses quarante et un mètre de hauteur de voûte, la cathédrale de Metz est la troisième plus haute cathédrale de France après Beauvais et Amiens. Mais son surnom de « lanterne du Bon Dieu », elle ne la doit pas à sa hauteur impressionnante mais à sa surface vitrée. La cathédrale Saint-Étienne de Metz est en effet l’un des édifices chrétiens les plus vitrés au monde. Elle compte pas moins de 6500m2 de vitraux alors que la cathédrale de Chartres n’en compte que 2600 m2.

CATHEDRALE-DE-METZ
Fred de Noyelle / Godong

Allant du XIIIe siècle au XXe siècles, sa collection de vitraux a été réalisée par les plus grands artistes verriers, tous époques confondues. Sur la façade occidentale, on peut ainsi admirer la grande rose de Hermann de Münster du XIVe siècle mesurant presque 12 mètres de diamètre. Plus loin, vers le transept, nous faisons un saut dans le temps pour découvrir la grande rose renaissance de Valentin Bousch, célèbre verrier lorrain. Ses couleurs, jaune, rouge, bleu et vert frappent immédiatement par leur vivacité.

cathédrale de Metz
© travelview - Shutterstock
Vitraux de Jacques Villon à la cathédrale de Metz.

Mais Metz possède également une incroyable collection de vitraux contemporains, preuve que la cathédrale a toujours sur faire appel aux meilleurs artistes de son temps. Après les destructions causées par la Seconde Guerre mondiale, on se tourne vers des peintres comme Jacques Villon ou Marc Chagall pour remplacer les vitraux détruits. Les vitraux de Jacques Villon, frère de Marcel Duchamp, sont d’ailleurs les seuls et uniques réalisés par l’artiste au cours de sa vie. Visibles dans la chapelle du Saint-Sacrement, ils sont loin des représentations figuratives habituelles de la cathédrale mais ne manque pas d’intérêt par leurs formes géométriques. Dans cette abstraction, on devine les épisodes de l’Exode, la Cène, la Crucifixion ou encore les Noces de Cana.

Chagall, cathédrale de Metz
© Shutterstock - Pack-Shot
Chagall, vitrail de la Création, cathédrale de Metz, 1959.

Parmi les artistes les plus prestigieux ayant œuvré sur la cathédrale, Chagall, qui réalisa un des vitraux de l’abside nord à partir de 1959 après avoir déjà expérimenté cet art à Chartres et à Assy. Même s’il y vint tardivement, il sentait la nécessité d’exprimer son génie dans l’art du verre : « Le vitrail transmue la lumière physique en lumière spirituelle », déclarait-il et répondait à un mal être profond ressenti par l’artiste : « Le monde où je vis est fermé », confiait-il. Avec le vitrail, Chagall avait trouvé un moyen d’ouverture. Avec le vitrail, le monde s’ouvrait à la lumière. Obsédé par celle-ci, il réalisa un formidable vitrail sur le thème de la Création à la tonalité jaune flamboyante. Une couleur de feu, idéal pour illuminer la « lanterne du Bon Dieu ».

CATHEDRALE DE METZ
Fred de Noyelle / Godong
En images : les plus belles réalisations de vitraux contemporains
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]