Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Amélie Nothomb sur Jésus : « Je n’ai jamais rencontré de héros d’une dimension pareille »

© Capture écran France Inter
Amélie Nothomb interrogée par Léa Salamé et Nicolas Demorand.
Partager

La romancière belge tire à nouveau la couverture à elle pour cette rentrée littéraire. Même loin de ses habitudes, et avec un sujet plutôt inattendu, elle n’a pas pour autant laissé la satire et l’humour à la porte. « Soif » est son nouveau roman publié chez Albin Michel. Elle y raconte les dernières heures de la vie du Christ…

« Cela fait cinquante ans que je veux écrire ce livre », confie-t-elle au micro de France Inter. « J’avais deux ans et demi quand mon père m’a parlé de Jésus pour la première fois ». Elle assure qu’elle a toujours voulu savoir « pourquoi Jésus a accepté d’être crucifié », dès son enfance et ses premiers cours de catéchisme. Le titre de son livre, Soif, fait référence à ce qui pour elle se rapproche le plus de la foi, alors qu’elle déclare « être une mystique », « traversée par une foi transitive ».

« Jésus n’est à aucun moment médiocre »

Dès les premiers mots, Amélie Nothomb commence de répondre à sa propre question : « J’ai toujours su que l’on me condamnerait à mort. L’avantage de cette certitude, c’est que je peux accorder mon attention à ce qui le mérite : les détails. » Et de commencer son roman par un procès durant lequel Jésus fait face à ses trente-sept miraculés. Ils parlent contre lui, sans vergogne.

Si elle prétend être parvenue à se mettre dans la tête du Christ juste avant sa crucifixion, Amélie Nothomb n’a pas toujours pris le parti le plus sage. Même si son propos demeure respectueux. On s’étonne en effet de savoir Jésus capable de mépris, quand elle écrit : « Taire mon mépris revenait à l’empêcher d’agir » ou encore : « Je suis un faux calme. Il m’a fallu beaucoup d’efforts pour écouter ces litanies sans réagir. » Mais Celui qu’elle considère comme le héros ultime n’est donc dans son livre « à aucun moment médiocre », assure-t-elle à l’antenne, « je le montre pour ce qu’il est, celui qui accepte d’aller au bout de ses possibilités ». Reste que sa plume est remarquable et que sa foi, qu’elle se refuse à préciser, penche tout de même vers Jésus tout autant que sa main l’a été ces derniers temps.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]