Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les médecins sont sans espoir mais elle refuse d’abandonner son fils

ELIZA ARCAYA
Partager

Restauratrice célèbre, Eliza Arcaya voit sa vie s’effondrer lorsque son fils Jocao est victime d’un terrible accident. Si la médecine n’y croit plus, elle n’a pourtant pas l’intention de l’abandonner. Aujourd’hui, elle en témoigne.

Propriétaire du Café Murillo, un luxueux restaurant situé dans le quartier de Salamanca, sans conteste le plus chic de Madrid — à tel point qu’il est surnommé le « kilomètre d’or » —, Eliza Arcaya, issue d’une famille vénézuélienne aisée, menait encore récemment une vie mondaine, côtoyant régulièrement écrivains et acteurs reconnus. Jusqu’à ce 21 août 2018. Ce jour-là, son fils cadet Joaco (surnom de Joaquín), 19 ans, est victime d’un grave accident au cours de vacances en Jamaïque. À bord d’une voiturette de golf, le jeune homme fait une chute de quatre mètres de hauteur.  Il est immédiatement conduit à l’hôpital de Miami et son pronostic vital est engagé. Au bout de quelques jours, voyant que le lien entre le cerveau et le cervelet de Joaco est endommagé, les médecins n’ont plus aucun espoir. « Nous ne pouvons rien faire. Il vaudrait mieux le débrancher », lancent-ils à sa mère effondrée. « Il ne pourra plus se lever. Ce sera un vrai “légume” », lui expliquent-ils.

Lire aussi : Les médecins la croyaient perdue, aujourd’hui elle vit

Eliza a raconté au magazine Vanity Fair ce qu’elle a ressenti à ce moment-là : « Je ne pouvais plus me tenir debout, j’ai été prise d’un terrible sentiment de peur et de vertige. C’était comme si j’avais été dans l’espace sans savoir à quoi m’accrocher ». Avant d’ajouter : « J’ai passé six heures en état de choc. Puis j’ai pensé : “Le pire est passé. À partir de maintenant, tout ira bien” ».

« Papa Dios » veille sur lui

Cette mère courage refuse de capituler et décide d’accompagner son fils. Elle installe un petit autel à la tête du lit de celui-ci. « Je pensais : “Si un miracle se produit, nous ne saurons pas à quel saint l’attribuer” », poursuit-elle non sans humour. Avec son mari Roberto, elle fait transférer Joaco dans un hôpital de Madrid et espère. Le 6 septembre, premier signe positif. : le malade entr’ouvre un œil, très faiblement, sans donner d’autre signe de vie. Sa mère continue à prier et à l’encourager. Le 20 octobre, il ouvre les deux yeux et fond en larmes. Depuis, Eliza n’a cessé de pousser son enfant à se battre autant que possible, certaine que « Papa Dios », comme elle l’appelle, veille sur lui. Grâce à des soins intensifs, le jeune homme a peu à peu retrouvé l’usage de ses membres et le 16 mars 2019, il a enfin pu se lever.

Eliza explique qu’à présent Jocao est parfaitement lucide et que ses problèmes sont essentiellement ses capacités motrices et l’usage du langage. Elle a récemment publié une photo qui le montre très élégant en compagnie de ses deux sœurs lors d’une remise de diplômes. Aujourd’hui, Eliza souhaite raconter leur histoire au monde à travers un documentaire. Sa success story, ce n’est pas tant celle de la restauratrice branchée dans un quartier huppé de la capitale espagnole que celle d’une femme dont la foi en Dieu et son amour pour son fils ont emmenée très loin.

Lire aussi : La mort de Vincent Lambert nous met en face de nos contradictions

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]