Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Au cours du pétrole il préfère finalement la Règle de saint Benoît

Partager

Après avoir travaillé pendant vingt ans comme cadre supérieur dans une multinationale pétrolière, David Valls Gonzálvez, 57 ans, est entré début juin à l’abbaye bénédictine de Montserrat, en Espagne.

C’est une reconversion professionnelle peu courante. David Valls Gonzálvez a choisi de revêtir définitivement l’habit des moines bénédictins de l’abbaye de Montserrat, en Espagne. « Cela faisait plus de vingt ans que je travaillais comme cadre supérieur dans différentes multinationales puis comme directeur marketing et développement dans une multinationale pétrolière espagnole », a-t-il confié au journal espagnol La Vanguardia « mais je n’étais pas heureux ».

Lire aussi : Frère Daniel-Marie, l’ancien braqueur devenu franciscain

« J’avais de l’argent, j’ai eu plusieurs compagnes et j’ai même été marié pendant cinq ans. Mais j’étais quelqu’un de profondément égoïste », détaille-t-il. Alors que David Valls Gonzálvez traverse une période difficile, un proche lui suggère de prendre du temps pour faire le point. Il lui parle alors d’une retraite à l’abbaye de Montserrat. Situé dans un massif montagneux au nord-est de l’Espagne, ce lieu, qui trouve ses origines il y a près de 1.000 ans, constitue un important sanctuaire marial.

« Je suis dans la joie »

De l’hôtellerie où sont accueillis les retraitants, David Valls Gonzálvez entame alors un long processus de réflexion. Il est d’abord entré au postulat avant d’entré au noviciat. Au total, il lui a fallu dix ans de cheminement avant de prononcer ses vœux lors du week-end de la Pentecôte, début juin. Se séparant de tous ses actifs, celui qui s’appelle désormais frère Paul a donc choisi de mettre ses pas dans ceux du Christ en suivant la Règle de Saint-Benoît. « Je suis dans la joie désormais », confit-t-il.

Ces ordres qui proposent aux laïcs de s’engager :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]