Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

François sur Benoît XVI : « En l’écoutant je sens les racines qui m’aident à aller de l’avant »

©ServizioFotograficoOR/CPP/CIRIC
23 mars 2013: Visite du pape François à son prédécesseur Benoît XVI à la résidence pontificale de Castel Gandolfo, Italie.
Partager

C’est une belle marque de respect dont a témoigné le pape François à l’égard du pape émérite Benoît XVI ce dimanche 2 juin au cours de la conférence de presse qu’il a donnée à bord de l’avion le ramenant de Roumanie.

Comment François voit-il Benoît XVI ? Répondant à la question d’un journaliste voulant savoir si le pape émérite Benoît XVI était comme un grand-père pour lui, le pape François a affirmé : « Il est plus que cela ! Chaque fois que je vais le voir je lui prends la main, je le fais parler. Il parle peu, il parle lentement mais avec la même profondeur et lucidité que toujours. Il a une grande lucidité ».

Pour le pape François, le problème de Benoît XVI « ce sont les jambes, pas la tête ! ». « En l’écoutant parler je sens les racines qui m’aident à aller de l’avant je sens cette tradition de l’Église qui n’est pas une chose de musée », a encore souligné le souverain pontife. « La tradition c’est comme les racines qui te donnent la sève pour grandir. Tu fleuriras, l’arbre grandira et donnera des fruits. Les graines seront des racines pour les autres. La tradition de l’Église est toujours en mouvement. »

La tradition, « garantie de l’avenir »

Développant cette notion de tradition, il a rappelé qu’elle était « la garantie de l’avenir » et non « le gardien des cendres ». « [La tradition] n’est pas un musée, elle ne garde pas les cendres. La nostalgie des intégristes [est] de revenir aux cendres. Je répète ce bout de poème argentin que j’aime citer: “Ce que l’arbre a de fleuri vient de ce que l’arbre a d’enterré”. »

A lire aussi : les 10 déclarations du pape François qui ont marqué 2018
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]