Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« L’honneur d’une société humaine » : les évêques de France réagissent au cas de Vincent Lambert

HOSPITAL,DYING
Shutterstock
Partager

Le médecin de Vincent Lambert a annoncé qu’il arrêterait l’alimentation et l’hydratation de son patient la semaine du 20 mai, en vertu de l’arrêt du Conseil d’État. Loin de toute polémique, la conférence des évêques de France (CEF) s'interroge sur ce que signifie « l’honneur d’une société humaine ».

Alors que le médecin de Vincent Lambert vient d’annoncer aux proches du patient qu’il procéderait à l’arrêt des soins et à la sédation profonde de son patient à partir du 20 mai, la conférence des évêques de France (CEF) s’est exprimée sur l’« affaire Lambert » en s’interrogeant notamment sur ce qu’est « l’honneur d’une société humaine ».

« La situation médicale et humaine de M. Vincent Lambert est singulièrement complexe. Déterminer la prise en charge adaptée dans son cas n’est pas simple », rappellent tout d’abord Mgr Éric de Moulin-Beaufort, président de la CEF et archevêque de Reims, et Mgr Bruno Feillet, évêque auxiliaire de Reims. « Tout jugement à son propos est délicat. Ce qui a été vécu autour de M. Lambert est unique et ne devrait pas être transposé à d’autres cas. Face à de telles situations, aucune décision humaine ne peut être assurée d’être parfaite, ni même d’être la meilleure. »

Dans une telle situation, « une société doit savoir faire confiance au corps médical et respecter la décision collégiale des médecins engageant leur responsabilité professionnelle et humaine ; les médecins, de leur côté, doivent accepter de prendre en compte les avis des proches et de nourrir leurs décisions d’une réflexion éthique sur la responsabilité des êtres humains les uns à l’égard des autres ».

Attention, il n’est pas question ici de maintenir quelqu’un en vie coûte que coûte : « Il appartient à la condition de l’homme et à sa grandeur d’avoir à mourir un jour », soulignent ainsi les évêques. « Il est bon de s’en souvenir en un temps où certains réclament le droit de mourir quand et comment ils le choisissent tandis que des prophètes du transhumanisme annoncent la fin de la mort ».

« La dignité de ses membres, surtout des plus fragiles »

Mais « c’est l’honneur d’une société humaine que de ne pas laisser un de ses membres mourir de faim ou de soif et même de tout faire pour maintenir jusqu’au bout la prise en charge adaptée. Se permettre d’y renoncer parce qu’une telle prise en charge a un coût et parce qu’on jugerait inutile de laisser vivre la personne humaine concernée serait ruiner l’effort de notre civilisation. La grandeur de l’humanité consiste à considérer comme inaliénable et inviolable la dignité de ses membres, surtout des plus fragiles. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]