Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Le représentant du Saint-Siège à l’ONU s’élève contre la théorie du genre

Partager

Le sexe d’une personne est une « donnée objective » et non un « choix », soutient fermement Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège aux Nations unies à New York (Etats-Unis), dans un texte publié par la mission le 21 mars 2019. Celui-ci a été lu par un membre de la mission le 20 mars, lors d’un événement organisé par la Commission des Nations unies sur le statut des femmes (CSW).

Lorsque la CSW a été créée en 1947, assure Mgr Auza, « il y avait une claire compréhension de ce que signifiait être une femme » : il s’agissait alors d’à peu près la moitié de l’humanité, avec deux chromosomes X et des caractéristiques particulières se distinguant de l’autre moitié de l’humanité, les hommes. « Ce consensus, dénonce le prélat, s’est malheureusement érodé en raison du récent phénomène de l’identité de genre et de l’idéologie du genre ».

Certains soutiennent désormais que « la nature corporelle n’a rien à voir intrinsèquement avec le fait d’être une femme au-delà du sexe “assigné” à la naissance ». Être une femme est alors seulement se sentir comme telle. Cette conception basée sur une « identité ou expression de genre » aurait « très probablement sidéré » les fondateurs de la CSW, estime Mgr Auza. « Notre sexe, tout comme nos gènes, notre race et autres caractéristiques naturelles, sont des données objectives, pas des choix subjectifs », plaide-t-il.

Une idéologie qui réduit la personne à abstraction

Pour ce dernier, remplacer le sexe biologique par l’identité ou l’expression de genre a « des ramifications gigantesques » car cela a des conséquences à tous les niveaux de la vie, jusqu’à « l’anthropologie de base ». Une telle idéologie, dénonce-t-il, « réduit » la personne à un simple esprit, quasiment à une « abstraction », tant qu’elle n’a pas choisi son sexe. Cette conception, assène-t-il, « entrave » la relation entre les hommes et les femmes. « Le pape François est particulièrement préoccupé par l’enseignement de l’idéologie du genre à des enfants », assure encore son représentant.