Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 02 février |
Présentation de Jésus au Temple
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Le prix de la GPA soi-disant « éthique »

WOMAN PREGNANT

Kwangmoozaa I Shutterstock

Xavier Mirabel - publié le 19/03/19

La logique de la fausse égalité entre les couples entraîne mécaniquement le droit à l’enfant par GPA. Devant le scandale des ventres loués pour la satisfaction de couples infertiles mais riches, a été inventé le concept de « GPA éthique ».

Voilà quelques semaines que l’on entend parler de « GPA éthique » avec une insistance certaine. L’expression revient dans la bouche de journalistes et de responsables politiques. Rappelons tout d’abord que la GPA, c’est la « grossesse pour autrui » autrement dit le recours à une mère porteuse. La GPA est interdite en France. Mais elle est revendiquée par des couples infertiles en raison d’une absence d’utérus chez la mère par exemple. Ces couples trouveront peut-être une réponse dans la greffe d’utérus, les premières naissances sont annoncées en France courant 2019.




Lire aussi :
« Big Fertility », le film qui dénonce le business de la GPA aux États-Unis

Une pseudo-égalité

La GPA est surtout revendiquée par des hommes qui veulent procréer. De leur côté, les couples de femmes exigent le droit à la PMA au nom de l’égalité avec les couples hommes-femmes. Si elles obtiennent gain de cause, la GPA demandée par les couples d’hommes pourrait bien devenir inéluctable, légitimée par une pseudo-égalité. Pourtant, l’égalité consisterait à donner les mêmes droits aux personnes se trouvant dans la même condition. Or un couple composé d’un homme et d’une femme n’est pas exactement dans la même condition que deux hommes ou que deux femmes.

La PMA pour les femmes seules ou les couples de femmes sera à l’ordre du jour des prochaines lois de bioéthique. La GPA n’y figurerait pas. Toutefois, ceux qui travaillent à sa légalisation ne désarment pas et tenteront de l’introduire par le biais des amendements. Voilà sans doute ce qui explique cette offensive médiatique de promotion de la soi-disant GPA éthique. Pourtant, la GPA ne peut être « éthique ». Vous pouvez acheter, vendre, posséder un objet ou un animal, vous ne pouvez rien faire de la sorte avec une personne humaine. C’est une question de dignité !




Lire aussi :
La GPA, démarche altruiste ou exploitation de la femme ?

Même gratuitement, une pratique indigne

La GPA passe par un contrat entre des personnes demandeuses d’un enfant et une femme qui « loue » ses services. Ce contrat définit la vie et la destination de l’enfant, et éventuellement sa mort s’il souffre de handicap. En aucune façon, la GPA n’est compatible avec la dignité de la personne humaine, même si la mère est peu ou pas payée, simplement indemnisée. GPA ne rime pas avec éthique : elle s’accorderait plutôt avec exploitation ou esclavage.

Tribune publiée en partenariat avec RCF Nord-de-France.

Tags:
BioéthiqueGPAGPA
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement