Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Mon Carême Laudato si’ : défi n°5, refuser le superflu

SHOPPING
Imtmphoto - Shutterstock
Partager

En se conformant au Christ, l’homme « fait également du bien à la Création », a expliqué le pape François dans son message de Carême 2019. À la suite du souverain pontife, Aleteia vous propose chaque jour du Carême un défi pour prendre soin de notre « maison commune ». Aujourd’hui, refuser le superflu.

En ai-je vraiment besoin ? Vous vous êtes peut-être déjà posé la question avant de craquer pour un nouveau téléphone ou une énième petite robe. S’interroger sur votre notion de besoin, c’est ce que vous propose Aleteia pour cette nouvelle journée de Carême. Apprenez à dire non au superflu qui encombre votre vie, votre esprit, votre relation aux autres… et à Dieu !

Se consacrer davantage à l’Essentiel

L’aumône est un des trois « piliers » du Carême avec la prière et le jeûne. Nous pouvons certes donner de l’argent. Mais nous pouvons aussi faire un inventaire de tout le superflu présent dans notre quotidien afin de le réduire — voire de s’en débarrasser — et de se consacrer davantage à l’Essentiel.

15 conseils bibliques pour être heureux
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]