Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Et si vous alliez vous confesser pour la nouvelle année ?

WOMAN PRAYING
Partager

Se confesser est parfois perçu comme aller au tribunal. Pourtant, bien plus que cela, c’est se laisser réconcilier par Dieu et retrouver une intimité avec lui. Pourquoi ne pas en profiter dès 2019 ?

Nouvelle année, nouvelles résolutions ! Depuis quand ne vous êtes-vous pas confessé ? Depuis cinq, dix, vingt, trente ans ? À ce stade-là, difficile de trouve la motivation nécessaire. Même vous pressentez que le jeu en vaut la chandelle, vous résistez intérieurement, et, avouez-le, vous avez un peu peur. Peut-être même avez-vous tout simplement oublié comment faire. Voici quelques conseils :

Étape 1 : faites un examen de conscience

Ne boudez pas, c’est une étape nécessaire. Avant de confesser vos péchés, vous devez les connaître. On se souvient en général facilement des « gros » péchés, mais c’est parfois dur d’aller plus loin. Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez vous aider d’un examen de conscience pratique. Soyez précis. On ne confesse pas des tendances, mais des actes. Avez-vous commis ce péché ponctuellement ou régulièrement ? Rappelez-vous que le prêtre a déjà tout entendu. Vous n’allez pas le surprendre ou le choquer. Vous avez honte ? C’est bon signe. Mais, comme dit le pape François, « il ne faut pas avoir honte de sa propre honte ».

Imaginez que vous allez vous confesser comme vous iriez chez le docteur. Si vous ne dites pas à votre médecin que c’est votre bras qui fait mal, comment pourrait-il établir un diagnostic et vous proposer un traitement approprié ? C’est la même chose avec le prêtre : si vous ne précisez pas votre péché au prêtre, il ne pourra pas vous aider à guérir cette blessure spirituelle.

Étape 2 : consultez les horaires de confession proposés dans une église près de chez vous ou fixez un rendez-vous avec un prêtre

Parfois, si cela fait longtemps que vous n’y êtes pas allé, pensez à programmer un rendez-vous avec un prêtre. Si vous êtes intimidé, vous pouvez également chercher la paroisse la plus proche de vous et vous renseigner sur les horaires de confession. Essayez d’y aller tôt, n’attendez pas la dernière minute, ce sera encore plus dur d’y aller.

Lire aussi : Quelle différence entre confession, réconciliation et pénitence ?

Étape 3: hop, allez-y

Vous pouvez vous confessez « à l’ancienne », c’est-à-dire dans un confessionnal, derrière une petite grille, ou face au prêtre. Le prêtre commence généralement en disant : « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen ». Ce sera ensuite à votre tour de parler. Si vous n’avez pas reçu ce sacrement depuis longtemps, n’hésitez pas à le préciser au prêtre pour qu’il puisse vous aider au mieux. Ensuite, dites-lui vos péchés. Faites de votre mieux pour vous en souvenir. Si besoin, écrivez-les à l’avance sur un morceau de papier.

Étape 4 : écoutez les paroles de consolation du prêtre et dites votre acte de contrition

Le prêtre vous écoutera puis vous répondra avec des mots destinés à vous encourager dans votre cheminement de foi. Il vous donnera ensuite une pénitence en rapport avec vos péchés. La fonction de cette dernière n’est pas de punir ou de mortifier, mais de vous aider à revenir vers Dieu. Ce peut être une prière à dire, mais aussi un bouquet de fleurs à offrir à votre belle-mère ou un moment de qualité à passer avec votre ado irascible. Vous êtes invité à grandir dans l’amour. Après cela, le prêtre vous invitera à dire votre acte de contrition. Cette prière exprime un chagrin pour les péchés qui vous ont coupé de Dieu. Si vous ne la connaissez pas, pas d’inquiétude : dites-le au prêtre et il vous guidera.

« Mon Dieu, j’ai un très grand regret de vous
avoir offensé parce que vous êtes infiniment
bon et que le péché vous déplaît. Je prends la
ferme résolution, avec le secours de votre
sainte grâce, de ne plus vous offenser et de
faire pénitence ».

Étape 5 : Imprégnez-vous de la miséricorde de Dieu et rendez grâce

Prenez un moment dans l’église pour remercier Dieu de ce qui vient de se passer. Il a effacé vos péchés ! Louez-le, laissez-le inonder votre âme de sa paix. Ensuite, pensez à mettre en place la pénitence que le prêtre vous a donnée. Songez qu’un nouveau chapitre de votre vie commence à présent. Dieu est là à chaque fois que vous tombez. Ayez confiance en sa miséricorde et laissez sa grâce imprégner tous les pores de votre vie. Enfin, prévoyez de vous confesser à nouveau sans trop tarder. La confession n’est pas seulement le pardon de vos péchés : c’est une rencontre avec le Christ.

Lire aussi : Comment le sacrement de la confession fortifie la foi

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]