Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Qu’est devenu le berceau de l’Enfant Jésus ?

© MaPaolaDaud
Le Saint Berceau est exposé dans la basilique Sainte-Marie-Majeure.
Partager

C’est à Rome, dans la basilique Sainte-Marie-Majeure, que se trouve un reliquaire contenant des pièces de bois que la tradition affirme appartenir à la Crèche sur laquelle fut déposé Jésus Enfant.

« Elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune », peut-on lire dans l’évangile selon saint Luc (Lc 2,7). Mais qu’est devenue cette mangeoire dans laquelle fut déposé le Christ ? Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le Saint Berceau, un reliquaire contenant des pièces de bois que la tradition affirme appartenir à la Crèche sur laquelle fut déposé Jésus Enfant, ne se trouve pas à Bethléem… mais à Rome, dans la basilique Sainte-Marie-Majeure.

© MaPaolaDaud
Pie IX en adoration devant le Saint Berceau.

Les mères palestiniennes avaient l’habitude de placer l’enfant dans un berceau en terre cuite (avec le tissu nécessaire), qui pouvait être soutenu sur un chevalet (sous la forme d’une lame) ou simplement placé au sol ou à un autre endroit. Actuellement, dans l’urne du berceau, cinq lattes de bois sont conservées, en position horizontale (l’une des lattes n’est pas authentique).

Certains ont émis l’hypothèse que les reliques du berceau auraient été envoyées par saint Sophrone de Jérusalem au pape Théodore Ier (642-649), en raison des menaces liées à l’invasion musulmane. C’est ensuite le pape Sixte V qui a fait placer les reliques de la crèche sous l’autel de la chapelle « Sixtine », construite à cet effet.

Pourquoi le Saint Berceau est-il aujourd’hui en la basilique Sainte-Marie-Majeure ? Cette basilique peut être considérée comme la ‘cathédrale’ de la catéchèse mariale primitive et médiévale. Celui qui y pénètre est entouré d’empreintes mariales qui existent depuis l’époque paléochrétienne et depuis le début du deuxième millénaire. La construction et l’inauguration de la basilique Sainte-Marie-Majeure ont eu lieu à la suite du concile d’Éphèse (431), célébré sous le pontificat de Célestin Ier (422-432).

Elle est, après la basilique de Saint-Pierre et celle du Latran, la plus ancienne et somptueuse basilique romaine, d’où son nom de « Majeure ». Elle a eu plusieurs noms : Sainte-Marie aux Neiges, basilique de Libère, puis Sainte-Marie de la Crèche, en raison du somptueux reliquaire qu’elle possède encore et qui contient les restes de ce qui servit de premier berceau au Sauveur du monde, qui furent rapportés de Bethléem. Elle prend enfin le nom de Sainte-Marie-Majeure, comme un titre de gloire mérité par son ancienneté et sa splendeur indéniable.

© MaPaolaDaud
Le reliquaire du Saint Berceau.

En effet, en 1606 la reine d’Espagne Marguerite d’Autriche offre à Giuseppe Valadier un nouveau reliquaire en argent contenant une relique argentée. Mais ce dernier disparaît un peu avant 1800. Un nouveau reliquaire, en forme d’urne ovale en verre et argent partiellement doré (1762-1839), est alors commandé. Cette urne, qui est celle que l’on peut encore observer aujourd’hui, est admirablement décorée et comprend des bas-reliefs de la crèche, l’adoration des mages, la fuite en Égypte et le dernier repas. Sur le reliquaire trône l’enfant Jésus, en or, en train de bénir. Sur les côté deux chérubins, chacun avec un verre, gardent les reliques (que l’on suppose être du foin de la mangeoire et un fragment du voile de Marie).

La dévotion à ce Saint Berceau exprimée par certains traduit le désir d’imiter l’humilité de Jésus-Christ et d’exprimer son amour pour le Seigneur. Ce fut le cas, par exemple, pour saint Charles Borromée, saint Ignace de Loyola, sainte Brigitte ou encore sainte Catherine de Sienne.

Découvrez en images ces reliques attribuées au Christ :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]