Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Attaque de Strasbourg : partout en France, l’Église se mobilise

STRASBOURG ATTACKAn emergency medical response vehicle passes by the cathedral in Strasbourg, after a shooting breakout, on December 11, 2018. - A gunman killed at least three people and seriously injured another 11 near the famed Christmas market in the French city of Strasbourg before fleeing the scene, security officials said. Police launched a manhunt after the killer opened fire at around 7pm local time (1800 GMT), sending crowds of evening shoppers fleeing for safety. (Photo by SEBASTIEN BOZON / AFP)
SEBASTIEN BOZON I AFP
Une fusillade a éclaté dans le centre-ville de Strasbourg, mardi 11 décembre au soir, faisant plusieurs victimes.
Partager

Mardi 11 décembre au soir, en plein cœur de Strasbourg, un assaillant a ouvert le feu sur des passants, causant la mort d’au moins trois personnes et faisant une dizaine de blessés d’après un bilan provisoire. Alors que le suspect n’a pas encore été interpellé, Mgr Ravel, évêque de Strasbourg, invite « toutes les communautés chrétiennes à une veillée de prière » ce jeudi.

Un homme de 29 ans, fiché S, a ouvert le feu ce 11 décembre au soir à proximité du marché de Noël de Strasbourg causant la mort d’au moins trois personnes et en blessant une dizaine d’autres. Rapidement identifié, le suspect a été blessé par des militaires de la force Sentinelle avant de prendre la fuite. Depuis, une vaste opération est en cours pour l’intercepter. Lorsque la fusillade a éclaté Mgr Luc Ravel, ancien évêque aux armées et actuel évêque de Strasbourg, était chez lui, à 150 mètres de l’attaque. « Deux heures avant je marchais dans les rues de Strasbourg », confie-t-il à Aleteia. « Malgré la connaissance théorique que nous avons de la possibilité de ces actions, nous avons tendance à vivre et à agir sans y penser ».

Un temps de prières pour les victimes

À la suite de cette fusillade, deux initiatives concrètes ont été prises par Mgr Ravel : « Ce mercredi, à midi, nous faisons sonner le grand glas dans toutes nos églises de Strasbourg pendant dix minutes, en union profonde », a-t-il indiqué. En parallèle, il a été demandé « à toutes nos communautés chrétiennes de célébrer un temps de prières pour les victimes demain soir (jeudi 13 décembre, ndlr) ». Mgr Ravel présidera une veillée de prière à 18h en la cathédrale de Strasbourg à laquelle il invite les autorités de la ville à se joindre et qui sera retransmise sur KTO.

De nombreux autres diocèses et paroisses se mobilisent également : à Caen, la paroisse de la Sainte Trinité va célébrer « une messe pour la France qui souffre » ce jeudi 13 décembre à 18h30 en l’Église Saint Jean. À Colombes, une messe pour les blessés et les morts de la fusillade se tient ce mercredi 12 à 18h30 en la chapelle de la Vierge.

Les forces de police ont mené leurs recherches à l’ouest de la ville, dans le quartier de Koenigshoffen où l’homme habitait. Mais la traque s’est surtout concentrée sur le quartier du Neudorf, au Sud, où il y a eu des échanges de coups de feu avec les forces de l’ordre. Deux quartiers dans lesquels la présence chrétienne est difficile, explique Mgr Ravel. « La pénétration de l’Évangile y est très difficile et plus difficile qu’il y a une dizaine d’années, m’ont indiqué les curés des paroisses alentour. C’est notre challenge, notre défi, la route est devant nous », explique l’évêque de Strasbourg.

« Le cœur de l’homme est traversé de violences inouïes »

Comment comprendre cet événement dans le temps de l’Avent ? « Nous sommes fascinés par la douceur, le caractère enfantin et joyeux de Noël. Mais cela ne doit pas faire oublier une chose essentielle : c’est un Sauveur qui est né. Cela veut dire que nous avons besoin d’être sauvé. Le cœur de l’homme est traversé de violences inouïes et cette violence appartient à nos sociétés. Ce nouveau-né que nous fêtons à Noël est venu nous sauver du mal enraciné dans notre cœur et dont nous ne pouvons nous sauver seul. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]