Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ce samedi, il a béni Gilets jaunes et forces de l’ordre

PRIEST YELLOW JACKETS
Eric FEFERBERG I AFP
Cyrgue Dessauce, en formation pour devenir prêtre au sein de la communauté Aïn Karem, ce samedi 8 décembre lors de la manifestation des Gilets jaunes à Paris.
Partager

Le père Grégoire Corneloup, prêtre dans l’Oise, et Cyrgue Dessauce, qui est en formation pour devenir prêtre au sein de la communauté Aïn Karem, ont choisi d’aller bénir les Champs-Elysées, les forces de l’ordre et les manifestants lors de la mobilisation des Gilets jaunes à Paris, ce samedi 8 décembre.

C’est en soutane, avec leurs goupillons en sapin et leurs seaux d’eau bénite en plastique, que le père Grégoire Corneloup, prêtre coopérateur dans l’Oise, et Cyrgue Dessauce se sont rendus à la manifestation des Gilets jaunes ce samedi 8 décembre à Paris. « Nous sommes arrivés à 6h du matin. Après les laudes et la messe à l’Immaculée Conception célébrée à Saint Honoré d’Eylau, nous sommes allés place de l’Étoile pour bénir la place et les rues alentour », raconte à Aleteia Cyrgue Dessauce. Pour le jeune homme, également doctorant en philosophie à la Sorbonne, sa présence au milieu des Gilets jaunes est avant tout une réponse à un appel de Dieu. « J’étais présent le premier week-end de décembre pour comprendre et voir par moi même ce mouvement. Après les horreurs et violences de cette première mobilisation, j’ai senti que Dieu m’appelait à revenir, à écouter et à bénir », explique-t-il. Après ces bénédictions matinales, jusqu’à 10h du matin, les deux hommes sont revenus « en mode apostolat » jusqu’à 17h.

« Nous avons échangé et béni de nombreuses personnes, manifestants et CRS confondus », détaille Cyrgue Dessauce. La présence des deux hommes, relayés sur les réseaux sociaux et par plusieurs médias, a surpris mais n’a pas choqué.

« Certains nous demandaient ce que nous faisions là. D’autres ce que nous pensions du mouvement. Nous leur avons répondu que nous étions là pour la justice et pour la paix ». Le futur prêtre, qui ne cache pas son soutien au mouvement des gilets jaunes, se souvient particulièrement d’un moment dans la journée où la tension était palpable : « On s’est retrouvé dans une ruelle avec une rangée de CRS et un groupe de manifestants. Mais nous avons senti une grâce et cette tension s’est apaisée » assure-t-il. Mais pourquoi proposer des bénédictions en soutane ? « Quand l’émotion est forte, il faut que la présence visuelle soit aussi forte » soutient le jeune homme. « Les gens vont souvent vers les prêtres en soutane car ils identifient clairement un homme de Dieu. La soutane est un symbole universel du sacré ».

« Une paix sans justice est une fausse paix »

« Il faut écouter ces gens, ne pas arriver avec un prechi precha établi, les accueillir et écouter ce qu’ils pensent », assurent le père Grégoire Corneloup et Cyrgue Dessauce. « En écoutant toutes ces personnes, j’ai vu l’amour s’étendre dans leur cœur, j’ai senti qu’une guérison s’opérait », détaille Cyrgue Dessauce. « Y aller le cœur ouvert permet à l’Église de comprendre ce qui se passe. Nous avons apporté un message de justice et de paix. Ces personnes se battent pour une cause juste. Mais cela doit être un combat pacifique. Une paix sans justice est une fausse paix, c’est une paix ou les pauvres souffrent, insiste-t-il. À l’inverse, un combat qui se fait dans la violence est injuste, il sera perdu ».

« L’intuition qui réunit ces gens est très profonde et très forte, je pense que c’est une intuition que l’Église a intérêt à soutenir et à cultiver, elle doit avoir une parole de soutien », souligne encore Cyrgue Dessauce. « Il n’y a pas de discours évangélique sur le combat social alors qu’il est attendu. Le Seigneur ne veut pas que les pauvres soient opprimés, que les forts défendent d’autres forts. Nous devons donc prier pour que ces gens reçoivent la force et la lumière ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]