Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

En Irak, la renaissance du sanctuaire partagé de Mar Behnam

MAR BANHAM
Fraternité en Irak
Le mausolée de Mar Behnam, joyau du patrimoine irakien situé à quelques kilomètres de Qaraqosh et Mossoul dans la plaine de Ninive, après sa reconstruction.
Partager

Fondé au IVᵉ siècle, saccagé en 2015 par Daech, le monastère de Mar Behnam, en Irak, revient de loin. À l’occasion de la fête de saint Behnam et de sa sœur Sarah, célébrés ce lundi 10 décembre dans le pays, Aleteia s’est intéressé à la formidable histoire de ce lieu de pèlerinage commun aux chrétiens, musulmans et yézidis ainsi qu’aux travaux de reconstruction entrepris par l’association Fraternité en Irak.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

« Le mausolée de Mar Behnam date du IVᵉ siècle et la plus grosse partie de l’édifice a été reconstruit au XIIe siècle. Mais en 2015, Daech a tout dynamité », raconte à Aleteia Laure de Beaurepaire. Architecte de formation, elle a rejoint l’association Fraternité en Irak afin de restaurer le sanctuaire de Mar Behnam.

Lire aussi : Irak : Mar Behnam, un monastère partagé

Sa particularité ? « C’est un lieu de pèlerinage commun aux musulmans, aux chrétiens et aux yézidis », commente la jeune femme. Qui étaient Mar (Saints) Behnam et Sarah à qui l’édifice est consacré ? « Ce sont deux des saints les plus vénérés d’Irak », détaille Laure de Beaurepaire. « La tradition raconte qu’au IVe siècle, Behnam, le fils d’un roi de la région, s’est converti au christianisme ainsi que sa sœur, Sarah. Cette dernière aurait été miraculeusement guérit de la lèpre avoir reçu le baptême ». Mais fou de rage, leur père les fit assassiner… avant de se faire baptiser à son tour. En signe de repentir, il fit bâtir ce fameux mausolée.

600 mètres cubes de gravats minutieusement fouillés

L’archevêque de Mossoul, Mgr Moshe, a fait de sa reconstruction une priorité. Guillaume de Beaurepaire, également architecte, est sur place depuis deux ans. Mais les travaux n’ont véritablement commencé qu’à l’été 2017. Il a d’abord fallu enlever les gravats et les trier minutieusement : quelque 600 mètres cubes de gravats ont ainsi été fouillés afin de retrouver les éléments du mausolée.

Une fois ces étapes réalisées, place au second œuvre : poser le dallage au sol, les enduits au mur, poser les pierres de parement sur les murs de soutènement… « Il restera quelques travaux à faire début janvier mais tout est en place pour célébrer saint Behnam et sa sœur Sarah ce 10 décembre », se réjouit Laure de Beaurepaire.

Lire aussi : En Irak, plus de 8.000 familles de retour dans la plaine de Ninive

« Quand on a démarré le projet, tout le monde nous disait que ça ne servait à rien car les chrétiens allaient quitter l’Irak. C’était un discours extrêmement défaitiste », confie encore l’architecte. « Mais le fait qu’on reconstruise ce mausolée, combiné à tous les projets de relance économique dans la plaine de Ninive… Je pense que c’est un beau message d’espérance ».

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]