Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les bénédictines de Jouarre ont un nouveau coloc’

© Facebook | Un Nouveau Souffle
Antoine pendant une séance de jardinage.
Partager

Les bénédictines de l'abbaye de Jouarre (Seine-et-Marne) participent à un projet singulier : une maison d'accueil pour des jeunes porteurs d'autisme.

À trois kilomètres de La Ferté-sous-Jouarre, entre bois, rivières et pâturages, l’abbaye bénédictine de Jouarre (Seine-et-Marne) existe depuis plus de quatorze siècles. Ce qui n’empêche pas les religieuses qui l’occupent de se lancer dans de nouveaux projets. Depuis janvier 2018, la communauté de moniales accueille Antoine, un jeune garçon autiste de 21 ans, dans un appartement autonome.

Une structure sur mesure

En âge de quitter l’IME (Institut médico-éducatif), Antoine n’avait plus de lieu d’accueil adapté. Sa famille habite près de l’illustre abbaye bénédictine. Sa mère, Claire-Marie Charpentier, s’est donc mise en quête d’un nouveau lieu d’hébergement, sans rien trouver qui corresponde aux besoins de son fils. Elle cherchait en effet un lieu de petite taille, en milieu ouvert, avec une dimension familiale. Aujourd’hui, l’autisme touche 650.000 personnes en France. Difficile de trouver une structure adaptée aux besoins de chacun, qui prenne en compte chaque singularité. C’était sans compter sur l’énergie de cette mère battante et sur la multiséculaire tradition d’accueil des religieuses, qui disposaient de Béthanie, un bâtiment d’accueil rénové. Idéal pour concrétiser un projet de petite colocation pour trois jeunes adultes autistes, l’idée étant qu’ils puissent avoir un lieu de vie indépendant tout en bénéficiant d’une présence d’éducateurs.

Antoine connaît les moniales depuis plusieurs années. Il a reçu le sacrement de confirmation à l’abbaye. Une fois par semaine, il partage un repas avec les hôtes de l’abbaye dans la salle Saint-Benoît et il participe également à quelques offices, lui qui aime tant chanter.

Il réside plusieurs jours par semaine à Béthanie depuis janvier 2018, accompagné de Christèle, son éducatrice. « Le but est qu’il ait son autonomie », explique l’une des sœurs de la communauté. En janvier 2019, une autre personne autiste viendra faire un stage pour intégrer éventuellement la colocation. Ce type d’hébergement « nécessite un investissement de la famille plus important que dans une institution », explique la religieuse. Mais nul doute, le jeu en vaut la chandelle.

Tags:
autisme
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.