Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le cimetière oublié des « fous » de la Grande Guerre

CIMETIERE OUBLIÉS
Partager

Leurs noms sont à peine visibles sur les petites croix de fer rouillées. En Gironde, dans la ville de Cadillac, les "fous" de la Grande Guerre ont leur petit cimetière, situé juste à côté de l'hôpital psychiatrique dans lequel ils ont vécu jusqu'à leur dernier souffle. Abandonné, il a failli disparaître, mais c'est sans compter sur une poignée de passionnés désireux de conserver ce haut lieu de mémoire, vestige des oubliés de la Grande Guerre.

Ils font partis des oubliés de la Grande Guerre, à l’image de ce petit cimetière qui abrite leurs corps mutilés. À Cadillac (Gironde), une petite parcelle, constituée de plusieurs centaines de croix modestes, rassemble les restes de ceux que l’on a appelé « les fous de la Grande Guerre ». Ils seront mis à l’honneur exceptionnellement le 11 novembre pour le centenaire de l’Armistice.

Unique vestige des « fous » de la Grand Guerre

Combien de survivants sont sortis traumatisés de la Grande Guerre ? Il serait impossible de le quantifier. Parmi les survivants, mutilés, gazés, traumatisés, il y a ceux qui n’ont jamais pu rependre une vie normale. Les « incurables », comme on les appelle, pour qui le choc, trop fort, a mutilé à jamais leur esprit. C’est eux qui, en désespoir de cause, ont été envoyés, par l’État ou les familles, à l’hôpital psychiatrique de Cadillac entre 1914 et 1919. D’autres pensionnaires arriveront quelques années plus tard, victime de stress post-traumatique. À cette époque, les anti-dépresseurs n’existent pas et les troubles du système nerveux sont encore trop peu connus par la médecine.

Henry Salomé
Cimetière de Cadillac.

Ces pensionnaires arrivent de partout : Africains, Allemands, Chinois, Russes… Au sortir de la guerre, l’hôpital compte 88 tirailleurs sénégalais. Au total, c’est environ 200 poilus qui mourront au sein de l’établissement.

Actuellement, cette petite parcelle, située juste à côté de l’actuel cimetière communal, est laissée à l’abandon. Menacé d’être transformé en parking il y a quelques années, le cimetière est aujourd’hui entretenu tant bien que mal par une association, fondée en 2008, désireuse de préserver ce souvenir unique des oubliés de la Grande Guerre. Car de nombreux hôpitaux psychiatriques ont accueilli des traumatisés, mais celui de Cadillac est le seul à avoir conservé son carré militaire avec son mur de clôture. Dimanche 11 novembre, une plaque sera dévoilée afin d’expliquer au public l’importance de ce cimetière. Les oubliés sortiront-ils bientôt de l’oubli ?

Pour en savoir plus, découvrez ce documentaire, Quand la Grande Guerre rend fou (2014) :

Découvrez ces hauts lieux de mémoire de la Grande Guerre en cliquant sur le diaporama :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]