Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un monde de plus en plus riche

Partager

Selon le dernier rapport de la banque Credit Suisse sur la richesse mondiale, entre mi-2017 et mi-2018, le monde a « gagné » 14.000 milliards de dollars

Selon le dernier rapport de la banque Credit Suisse sur la richesse mondiale, le monde s’enrichit de plus en plus, malgré la pauvreté persistante, voire l’extrême pauvreté, qui afflige certaines régions du monde. Plus précisément, en entre mi-2017 et mi-2018, la richesse globale mondiale a augmenté de 14.000 milliards de dollars, pour atteindre 317.000 milliards de dollars.

Cette croissance de la richesse, inférieure à celle de l’année civile 2017 mais supérieure à la croissance moyenne annuelle observée après 2008, dépasse celle de la croissance de la population. Elle fait augmenter la richesse moyenne par adulte de 3,2%, pour atteindre le niveau record de 63.100 dollars.

Les gagnants et les perdants

Dans cette évolution, il y a « les gagnants et les perdants », soulignent les auteurs du rapport. Parmi les gagnants, se détachent les États-Unis qui ont poursuivi leur phase de croissance post-crise financière, contribuant à hauteur de 63.000 milliards de dollars à la richesse mondiale. En deuxième position nous trouvons la Chine qui, avec une augmentation de 23.000 milliards de dollars, a pris la place d’un autre géant d’Asie, le Japon.

À la mi-2018, la richesse totale des États-Unis atteignait 98 billions de dollars. Quant au patrimoine total de la Chine, il est estimé à 52 billions de dollars. Selon le rapport, la richesse de la Chine est destinée à augmenter de 23.000 milliards de dollars d’ici 2023, autrement dit d’arriver à cumuler plus de 19%, soit un cinquième, de la richesse mondiale. Rappelons que la Chine abrite un cinquième de la population mondiale.

Alors que l’Europe dans son ensemble – y compris les grandes économies comme l’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni – a contribué à l’augmentation de la richesse dans le monde à hauteur de 44.000 milliards de dollars, il est surprenant de voir que certains petits pays à l’intérieur ou l’extérieur du continent figurent en tête de liste en termes de richesse par adulte. La Suisse (530 240 USD), l’Australie (411 060 USD) et les États-Unis (403 970 USD) sont en tête de classement avec une richesse par adulte dépassant les 100 000 dollars. Suivent ensuite la Belgique (313 050 USD), la Norvège (291 100 USD) et la Nouvelle-Zélande (289 800 USD). Puis le Canada (288 260 USD), le Danemark (286 710 USD), Singapour (283 260 USD) et la France (280 580 USD).

Selon le Crédit Suisse, le Brésil est le plus grand perdant. Au lieu d’augmenter, sa richesse a enregistré moins de 378 milliards de dollars, phénomène imputable en large partie à la dévaluation de sa monnaie, le real, par rapport au dollar américain. Des pertes importantes sont également enregistrées en Turquie (190 milliards de dollars) et en Argentine, dont la richesse a chuté de 130 milliards de dollars.

Les riches…

Concernant la répartition des richesses, le rapport rend compte de déséquilibres géographiques : En Afrique et en Inde, plus de neuf adultes sur dix, 93% et 91% respectivement, possèdent moins de 10 000 dollars ; dans la région Asie-Pacifique et en Amérique latine, cette proportion tombe à 73 % et 71 % respectivement ; En Chine, en Europe et en Amérique du Nord, ce taux est respectivement de 33%, 43% et 28%. En revanche, un peu plus du quart (26 %) des adultes en Europe et plus de quatre Nord-Américains sur dix (42 %) ont un patrimoine supérieur à 100 000 dollars.

Si d’un côté, pour une très grande partie de la population mondiale, la richesse n’atteint pas 10 000 dollars, de l’autre il y a les catégories dites de gens « riches » et « super-riches » dont la richesse oscille entre un million et 50 millions de dollars. Selon les auteurs du Global Wealth Report, à la fin du mois de juin, le monde comptait 42 millions de millionnaires dont la grande majorité (37,1 millions de personnes) possédait un patrimoine évalué entre 1 et 5 millions de dollars. C’est en Amérique du Nord que se trouve la plus grande partie de ces millionnaires, dont le nombre dépasse « nettement » celui des riches en Europe. 8% des riches vivent en Chine et seulement 2% en Amérique latine, en Afrique et en Inde.

… et les super-riches

Et puis il y a les super riches estimés à 149 890 adultes, dont 50 230 d’entre eux disposent d’un patrimoine d’au moins 100 millions de dollars, et 4 390 d’un patrimoine de plus de 500 millions de dollars. Les États-Unis ont le pourcentage le plus élevé de personnes ultra-riches (70 540 personnes, soit 47 % du chiffre total). En deuxième position nous trouvons la Chine avec 16.510 personnes (11%), puis l’Allemagne avec 6.320. Le Royaume-Uni compte 4 670 ultra-riches, tandis que le Japon en compte 3 580. L’Inde (3 400), l’Italie (3 220), la France (3 040), le Canada (3 010) et enfin l’Australie (2 910).

En Amérique latine, selon BBC Mundo, le nombre de personnes riches s’élève à 458.443, celui des super riches à 1.782, dont 161 « ultra-riches » avec un patrimoine de plus d’un demi-milliard de dollars. Le Brésil est le pays du continent qui compte le plus grand nombre de riches (134 031 ) et de super-riches (659). Il est suivi du Mexique (95 423 riches et 435 ultra-riches) et du Chili (59 023 riches et 202 ultra-riches).

Les femmes et la richesse

Pour conclure en beauté, le nouveau rapport du Credit Suisse Research Institute s’est arrêté – grande première – sur la question des femmes et la richesse. Selon le document, le taux de richesse chez les femmes est passée à environ 40% de la richesse totale. En Europe et en Amérique du Nord, elles représenteraient 40 à 45 % de la richesse totale. Les auteurs du rapport rappellent que les deux régions ne représentent qu’environ 17 % de la population adulte mondiale, mais représentent ensemble près des deux tiers, soit 61 %, de la richesse mondiale.

En Chine, la richesse chez les femmes est plus faible, mais toujours significative : elle se situe entre 30 et 40% selon le classement annuel établi par le magazine Hurun, cité dans le rapport. Il y est précisé que plus des deux tiers (78 %) des milliardaires self-made sont chinois. La plus riche milliardaire du monde est également chinoise : il s’agit de la fondatrice et PDG du fabricant d’écrans tactiles Lens Technology, Zhou Qunfei, avec un actif de 10 milliards de dollars.

Dans le reste du monde, en Amérique latine la proportion devrait être la même qu’en Chine, c’est-à-dire de 30 à 40%. Dans la région Asie-Pacifique, cependant, si l’on exclut la Chine et l’Inde, ce taux est estimée entre 25 et 35 %. Enfin, en Afrique et en Inde, le taux de richesse chez les femmes est plus faible : de 20 à 30%, selon le rapport de Crédit Suisse.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]