Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« L’indifférence tue », car elle exprime au fond le « désintérêt pour la vie »

POPE FRANCIS AUDIENCE
Antoine Mekary | ALETEIA | I.MEDIA
Partager

Le "désintérêt" pour autrui est un premier pas vers l'homicide, a affirmé le pape François le 17 octobre 2018 lors de l'audience générale tenue sur la place Saint-Pierre au Vatican.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Pour le pape François, cela s’explique par le fait que l’homme a une “vie noble, très sensible” et que sa personne ne se limite pas à son être physique. « Pour offenser l’innocence d’un enfant, il suffit d’une phrase inopportune », a-t-il illustré. De même un « geste de froideur » peut « blesser » une femme, ignorer un homme suffit à « l’annihiler », tandis que refuser d’accorder sa confiance à un jeune peut lui « briser le cœur ». « L’indifférence tue », car elle exprime au fond le « désintérêt pour la vie ».

Pour le pape François, cela s’explique par le fait que l’homme a une “vie noble, très sensible” et que sa personne ne se limite pas à son être physique. “Pour offenser l’innocence d’un enfant, il suffit d’une phrase inopportune”, a-t-il illustré . De même un “geste de froideur” peut “blesser” une femme, ignorer un homme suffit à “l’annihiler”, tandis que refuser d’accorder sa confiance à un jeune peut lui “briser le cœur”. “L’indifférence tue”, car elle exprime au fond le “désintérêt pour la vie”.

A rebours de cette attitude meurtière, a soutenu le chef de l’Eglise catholique, les hommes doivent se reconnaître “gardiens les uns des autres”. Ne pas faire le mal ne suffit pas : il faut “prendre soin, valoriser, inclure et pardonner”. “la vie humaine a besoin d’amour”, et en premier lieu de la forme transmise par le Christ, c’est-à-dire la miséricorde. Sans celle-ci, a déclaré le pontife, “aucun de nous ne peut survivre (…) car nous avons tous besoin du pardon”. Le cinquième commandement est donc un appel à vivre “selon le Christ”.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]