Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

GPA : l’offensive Fogiel

MARC OLIVIER FOGIEL
Partager

La pratique de la GPA est illégale, mais quand c’est une star de la télévision qui l’assume publiquement, la couverture médiatique est complice.

Marc-Olivier Fogiel est largement invité dans les médias aux heures de grande écoute pour parler de son livre Qu’est-ce qu’elle a ma famille ? publié aux éditions Grasset. Marc-Olivier Fogiel est animateur de télévision. Il est « marié » avec François Roelants. Les deux hommes ont deux filles, nées aux États-Unis de mère porteuse : Mila et Lily, âgées de 7 et 5 ans.

Peser sur les débats

Avec la publication de ce livre, Marc-Olivier Fogiel dit vouloir peser sur les débats de la loi bioéthique : il souhaite voir la GPA légalisée. L’animateur déclare aimer ses filles, qu’elles sont équilibrées, qu’elles vont bien, et que s’il fallait le refaire, il le referait. Pour lui, le débat sur la GPA « est basé sur des fantasmes, des clichés ». « Aujourd’hui, dit-il, je suis d’abord papa et mes enfants, c’est ce qui compte au-dessus de tout. » De son point de vue, ces arguments répondent à toutes les interrogations, balaient toutes les objections des défenseurs des droits de l’enfant.

À ceux qui pourraient être inquiets de l’audience donnée à Marc-Olivier Fogiel pour faire la promotion d’une pratique illégale en France, de la part d’un homme disposant de larges relais médiatiques, il répond : « Je ne suis pas militant. » Nous voici rassurés…  Mais il précise : « Je le fais pour mes filles, pour les autres familles et pour le débat public. »

Le coût d’une GPA aux États-Unis est d’environ 100.000 euros. Mais pour la mère porteuse, c’est 18.000 euros. Selon Marc-Olivier Fogiel, c’est un dédommagement équilibré…  Et puis, il se défend d’avoir choisi un enfant sur catalogue. Heureusement, pourrait-on dire… Il a simplement « choisi » la donneuse d’ovocyte.

Une opération opportune

Cette opération médiatique, fort opportune, est l’occasion de rappeler certains enjeux éthiques autour de la GPA : la conception d’enfants délibérément amputés de leurs racines biologiques, à qui l’on impose une généalogie fictive, le déni de l’influence de la grossesse sur l’enfant, un eugénisme sous-jacent, un contrat dont l’enfant est l’objet, etc.

En tout cas, pas de doute, des militants pro-GPA sont mobilisés pour la légalisation de la pratique des mères porteuses et veulent profiter de la révision des lois bioéthique.


Chronique diffusée en partenariat avec RCF nord de France

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]