Aleteia
Mardi 20 octobre |
Sainte Adeline
Au quotidien

Les vendanges, un moment de rassemblement

© Paul Fresneau

Justin, hotte sur le dos, parcourt les rangs pour récupérer le contenu des paniers.

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 07/09/18

En ces premiers jours de septembre, la saison des vendanges a commencé dans plusieurs régions de l'Hexagone. Bordelais, Alsace, Bourgogne… L’effervescence règne. Si ce moment fort dans les campagnes françaises est un temps de dur labeur, il peut aussi être l’occasion de vivre de belles rencontres.

Une voix de stentor résonne dans les vignes. « Porteur, panier ! » Marco a visiblement rempli son panier. Sécateur en main, il passe d’un pied de vigne à l’autre pour cueillir avec dextérité les grappes de pinot noir. Justin travaille au domaine. Plaisanterie sur le bout de la langue et hotte sur le dos, il arrive à hauteur de son compère et récupère le raisin, pour le décharger un peu plus loin dans la remorque du tracteur qui repartira plus tard à la cuverie.

GRAPES BUNCH
Goodluz I Shutterstock

Un vendangeur, sécateur à la main.

Des vendangeurs issus d’horizons variés

La récolte du raisin bat son plein en ce mois de septembre 2018. Dans certains vignobles de Bourgogne, d’Aquitaine ou encore du Languedoc-Roussillon, elle se fait encore partiellement à la main, en particulier pour les grands crus. Ici et là, on embauche des viticulteurs ponctuels pour un week-end ou une semaine.

Au domaine Coste-Caumartin, en Côte de Beaune (Bourgogne), comme chaque année depuis des décennies, la famille Sordet accueille son lot de vignerons d’un temps. Durant un ou deux week-ends, Beaunois, Parisiens, Dijonnais et gens d’un peu partout se retrouvent au cœur des vignobles et récoltent le fruit sacré à la main, courbés devant les ceps. Tandis que les grappes blondes de chardonnay valsent dans les paniers, des voix s’élèvent dans les rangs. Les plus bavards y vont de leurs histoires, tout en trimant dur. À l’heure du déjeuner, autour de la table, les conversations vont bon train. Guillaume, étudiant en biologie, Carole, la quarantaine, en couple avec un ouvrier viticole du coin, Catherine, mère de famille institutrice à Beaune… Des âges et des chemins variés… Si la vie les sépare, la vigne les rassemble.

©Paul Fresneau
À 10h, une pause s'impose. Charcuterie, fromage, vin et chocolat. Idéal pour bien repartir.

« Nous tenons beaucoup à ce côté familial »

Les vignes sont dans la famille depuis 1793, mais ce n’est que depuis deux générations que ses membres l’exploitent eux-mêmes. Marie-Cécile Sordet supervise d’une main de maître l’accueil des vignerons et veille maternellement sur la popote. « Je ne fais que continuer ce que ma belle-mère m’a appris, s’exclame-t-elle. Nous tenons beaucoup à garder ce côté familial, tout en l’ouvrant à des jeunes de tous horizons sociaux et géographiques. Les vendanges sont l’occasion de rencontrer des gens épatants. Grâce au bouche-à-oreille, nous arrivons toujours à trouver le nombre de travailleurs nécessaire ».


ABBAYE DU BARROUX

Lire aussi :
Caritas, la cuvée des moines et des vignerons

En raison des normes croissantes, l’accueil devient de plus en plus astreignant. Mais pour cette hôtesse sans pareil, l’accueil reste sacré. « Pour nous, viticulteurs, ce qui est important, c’est à la fois la bonne ambiance et le travail dans les vignes ». Afin de satisfaire la curiosité des œnophiles, elle dévoile le secret du millésime 2018, riche de belles promesses  : « Il sera abondant en blanc. En rouge, c’est un peu plus réduit en jus, mais nous avons une belle concentration car nous avons eu un été très chaud ». Hum… On sent d’ici son charme capiteux. À vos verres !

© Manfredrichter I Pixabay
Au domaine Coste-Caumartin, les vendanges manuelles concernent deux cépages : le pinot noir en rouge et le chardonnay en blanc.

Des vendanges « portes ouvertes »

Le domaine Coste-Caumartin n’est pas le seul à faire de la période des vendanges un temps précieux pour l’accueil et la rencontre. D’autres initiatives existent. Ainsi, L’Arche de la Rebellerie, (Maine-et-Loire) exploite un domaine viticole de 25 hectares au cœur des Côteaux du Layon. L’activité agricole est réalisée par une équipe composée principalement de personnes porteuses d’un handicap mental. Samedi 6 octobre prochain, la communauté ouvrira d’ailleurs ses portes et proposera à ceux qui le souhaitent de participer à une journée de vendanges manuelles.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
amitiésolidarite
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
WEB2-SAMUEL PATY-AFP-000_8TB6FJ.jpg
Agnès Pinard Legry
Professeur décapité : des intentions de prièr...
Agnès Pinard Legry
Avec le couvre-feu à 21h, les paroisses contr...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
WEB2-ERIC DUPOND-MORETTI-AFP-080_HL_NORCHARD_1209116.jpg
Agnès Pinard Legry
La discrète visite d’Éric Dupond-Moretti à la...
MORNING
Cerith Gardiner
Dix paroles inspirantes pour commencer sa jou...
Edifa
Connaissez-vous vraiment toutes les missions ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement