Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

De Fontenay à Vézelay, un nouvel itinéraire de pèlerinage à travers la Bourgogne romane

PILGRIMAGE BOURGOGNE
A. Beuchot
Le cloître de l’abbaye de Fontenay est resté intact depuis le XIIe siècle.
Partager

Un nouveau sentier de randonnée vient d’être tracé entre deux monuments de l’art roman : l’abbaye cistercienne de Fontenay et la basilique Sainte-Madeleine de Vézelay. Traversant l’Auxois et le pays avalonnais, il permet au randonneur ou au pèlerin de découvrir des chefs d’œuvre et d’approcher pas à pas de la Colline éternelle.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Balisé cet été par la Fédération française de la randonnée pédestre, le nouveau GR 213 A court sur 84 kilomètres. Pour le parcourir, six étapes sont proposées d’environ 15 à 18 kilomètres (mais il est tout à fait possible d’allonger ou de les réduire en fonction des bivouacs du soir). Cheminant le long des cours d’eau ou du canal de Bourgogne, en lisière de forêt ou au fond des vallons, entre bocages et pâturages, cet itinéraire est jalonné de hauts lieux culturels ou spirituels. À vos bâtons de marche !

Étape 1 : de Fontenay à Buffon

L’abbaye de Fontenay fête cette année son 900e anniversaire. Elle est la seule abbaye cistercienne à être restée intacte. Appartenant à un propriétaire privé, classée depuis 1981 au Patrimoine mondial de l’Unesco, elle se visite. C’est le moment d’invoquer saint Bernard, marcheur infatigable et de se placer sous sa protection. Après avoir longé le vallon de Fontenay, le parcours  traverse ensuite la petite ville de Montbard, ville de Buffon, le célèbre scientifique et naturaliste du XVIIe siècle. Puis, il suit nonchalamment Le Canal de Bourgogne. Ombragée et plate, cette partie est propice à la méditation.

PILGRIMAGE BOURGOGNE
A. Beuchot
Abbaye de Fontenay.

Étape 2 : de Buffon à Moutiers-Saint-Jean

Dans le petit village de Buffon, la Grande Forge fête elle aussi son anniversaire en 2018. Il y a 250 ans, Buffon construisit cet ensemble métallurgique étonnant. Quittant le canal de Bourgogne, un joli cours d’eau montre désormais la voie : l’Armançon. À Quincy-le-Vicomte, le sentier court à travers champs offrant une belle vue sur les bocages de l’Auxois. Il n’est pas étonnant qu’un Dijonnais, saint Jean de Réôme, choisisse de se retirer dans ces beaux paysages pour y mener une vie érémitique. Il y fonda vers 450 une abbaye, la plus ancienne de Bourgogne, et lui donna la règle de saint Macaire. Détruite à la Révolution, l’abbaye de Moutiers fut reconstruite au XVIIIe siècle. Elle se visite, ainsi que les jardins Coeurderoy qui donnent à la Bourgogne un soudain air d’Italie.

PILGRIMAGE BOURGOGNE
A. Beuchot
Jardin Cœurderoy à Moutiers.

Étape 3 : de Moutiers-Saint-Jean à Époisses

Cheminant toujours en Auxois à travers bocages et pâturages, le chemin traverse la ville d’Époisses célèbre pour son fromage typé. Elle est moins connue et c’est dommage, pour son ravissant château protégé par une double enceinte de fortifications, ainsi que pour ses maisons du XVe siècle. Le troisième jour de pèlerinage est souvent le plus dur. Pourquoi ne pas en profiter pour confier au Seigneur toutes les intentions de prière, en nommant les personnes une à une ?

PILGRIMAGE BOURGOGNE
A. Beuchot
Château d'Époisses.

Étape 4 : D’Époisses à Montréal

La traversée du Serein marque la frontière entre la Côte d’Or et l’Yonne. Voici le marcheur parvenu en Avalonnais. Un peu d’ascension jusqu’au sommet du Montfault permet d’admirer les portes du Morvan. C’est le signe pour laisser derrière soi ses dernières attaches du monde et se préparer à rencontrer le Seigneur sur la colline éternelle de Vézelay.

Étape 5 : De Montréal à Avallon

Après le petit village de Montréal, l’une des plus anciennes places fortes du duché de Bourgogne, le chemin prend progressivement de la hauteur pour pénétrer dans le Morvan. Accrochée à un éperon rocheux, la ville fortifiée d’Avallon est occupée depuis l’époque romaine. Elle domine la vallée du Cousin, une zone classée Natura 2000 en raison de la richesse de sa faune et de sa flore. Les pas s’allègent, portés par la louange, celle par exemple du Cantique de la Création de saint François d’Assise ou de celui des Trois enfants (Daniel 3, 52-90).

CC
À Avallon, la tour de l’Escharguet surplombant la vallée du Cousin.

Étape 6 : de la vallée du Cousin à Vézelay

Cette dernière étape marque le passage de l’ombre à la lumière. En longeant la vallée du Cousin, le chemin serpente à l’ombre pour déboucher avant le petit village d’Asquins sur la colline éternelle. Dans ce village, l’église Saint Jacques se visite sur rendez-vous. Enfin, l’ascension de la colline se fait à travers les ruelles escarpées de Vézelay. Ville sanctuaire, classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1979, elle est un point de départ du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. En 1146, saint Bernard y prêcha la deuxième croisade. Au sommet de la colline, la basilique Sainte-Madeleine, construite au XIIe siècle est un magnifique édifice roman. Elle offre ses proportions majestueuses et ses jeux de lumière au randonneur et au pèlerin, comme pour lui révéler le Dieu de gloire qui aima l’homme le premier.

Pour découvrir notre sélection des plus belles abbayes de France, cliquez sur le diaporama :