Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Indonésie : les hôpitaux catholiques se mobilisent après le séisme

INDONESIA QUAKE
SONNY TUMBELAKA / AFP
Un jeune homme récupère ses effets personnels alors qu'il grimpe sur les débris d'une maison effondrée à Kayangan, au nord de l'île de Lombok (Indonésie), le 9 août 2018, à la suite du séisme du 5 août. AFP PHOTO / SONNY TUMBELAKA
Partager

Dimanche 5 août 2018, un séisme de magnitude 6,9 a ébranlé l'île de Lombok, située à proximité de Bali, en Indonésie. Les répliques qui ont suivi ont continué à secouer la région.

Située à proximité de Bali, dans le Nusa Tenggara occidental (Indonésie), l’île de Lombok a été ébranlé ce samedi 5 août par un séisme de magnitude 6,9. Le bilan provisoire de la catastrophe s’élève à 319 morts et 1 400 blessés graves. En parallèle, plus de 156 000 personnes ont été évacuées et on compte des milliers d’immeubles endommagés, rapporte l’Agence nationale de gestion des catastrophes.

1 400 blessés et plus de 300 morts

Face à l’ampleur de la catastrophe, différents hôpitaux catholiques indonésiens ont envoyé des équipes médicales sur place afin de prodiguer des soins aux blessés. En effet, lors de l’effondrement des bâtiments, de nombreuses personnes ont été blessées par des chutes de débris. « Maintenant, nous avons vraiment besoin de personnel médical pour venir en aide aux victimes », confie sœur Paulina, de la Congrégation missionnaire des Servantes du Saint-Esprit, porte-parole de l’hôpital catholique Saint-Antoine, à Mataram, la capitale de la province. Selon elle, l’hôpital aurait déjà soigné plus d’une dizaine de victimes. « Nous les avons placées dans le parking de l’hôpital car la situation était imprévisible et des répliques [ruptures secondaires, ndlr] continuaient de survenir. Ce matin, nous les avons emmenés en salles de soins », explique-t-elle. « Beaucoup de volontaires m’ont contactée en me demandant si nous avions besoin d’aide. Je leur ai dit que ce dont j’avais le plus besoin, c’était de personnel médical. J’ai besoin d’orthopédistes et de neurologues », ajoute-t-elle.

Différents hôpitaux ont donc envoyé personnel et matériel médical sur place. Selon les autorités, la plupart des personnes blessées ont été victimes de fractures ouvertes et de traumatismes crâniens. 87 personnes ont été envoyées par le ministère de la santé dans les régions les plus touchées de Mataram, mais également dans les districts du nord et de l’est de l’île. Le séisme ayant dégradé le réseau de transports régional, l’arrivée des secours se complique inévitablement.

En début de semaine le pape a envoyé un télégramme aux autorités ecclésiales d’Indonésie afin d’exprimer sa « profonde solidarité » à tous ceux qui ont été touchés par « la tragédie ». Le souverain pontife a également confié qu’il priait en particulier « pour le repos des personnes décédées, pour la guérison des blessés et la consolation de tous ceux qui pleurent la perte de personnes bien aimées ».

Tags:
séisme
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.