Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

En images : les plus beaux gisants de France en pierre

Catherine de Médicis à Saint-Denis.
Partager

Apparu au cours du Moyen Âge, le gisant est une statue funéraire représentant le défunt couché. Pourtant la statue pourrait être mise debout ! Petit tour de France de ces beaux endormis tout habillés, prêts à jaillir du tombeau.

Gésir : verbe intransitif du latin jacere, être couché. Il s’emploie ordinairement dans les épitaphes : ci-gît, ici repose tel personnage. Le participe présent de ce verbe a donné un nom masculin désignant une sculpture funéraire représentant un personnage couché.

Les premiers gisants sont dessinés « à plat ». La silhouette du défunt est gravée au trait sur sa dalle funéraire. Il est représenté allongé sur le dos, face vers le Ciel, souvent les mains jointes, dans une attitude de prière. A partir du XIIIe siècle apparaissent des gisants « en relief » avec des volumes. Curieusement ces statues pourraient être mises debout, sans retouches, car les plis des vêtements sont traités pour un tombé impeccable.

Cliquez sur la première image pour découvrir notre sélection des plus beaux gisants de France en pierre :

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]