Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le parcours singulier du nouveau patron des patrons

Geoffroy Roux de Bézieux,
Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef.
Partager

Geoffroy Roux de Bézieux, patron de Notus Technologies, un groupe qui investit notamment dans des start-up, a été élu président du Medef ce mardi 3 juillet avec 55,8 % des voix de l’assemblée générale du Medef. À 56 ans, il succède à ce poste à Pierre Gattaz.

« Le Medef que je vais présider à partir d’aujourd’hui, c’est un Medef qui joue collectif, un Medef qui a la passion de l’unité pour mieux se projeter vers les défis du futur », a déclaré ce mardi matin Geoffroy Roux de Bézieux, 56 ans, fraîchement élu à la tête du Medef avec 284 voix contre 224. Connu du grand public depuis plusieurs années – il est vice-président délégué du Medef depuis 2013 –, Geoffroy Roux de Bézieux, catholique pratiquant, fan de rugby et père de quatre enfants, est un homme aux multiples facettes.

Diplômé de l’Essec et de Paris-Dauphine, il a choisi d’effectuer son service militaire dans les Forces spéciales (commandos marine) avec lesquelles il est notamment intervenu à Djibouti et au Liban. Deux années qu’il a qualifié à de nombreuses reprises de décisives. Il est d’ailleurs aujourd’hui capitaine de frégate de réserve et reste attaché à ce corps d’élite.

Après cette première expérience de terrain, il débute sa carrière chez l’Oréal, d’abord en Grande-Bretagne puis en Pologne où il ouvre une filiale du groupe de cosmétiques. En 1996, il se lance dans l’entrepreneuriat et crée The Phone House, qui deviendra par la suite le premier réseau indépendant de vente de téléphones mobiles. Quatre ans plus tard,  il cède son enseigne à un fonds britannique.

Avec l’argent de cette vente, Geoffroy Roux de Bézieux décide de créer, avec sa femme Sabine, la fondation Araok (« en avant » en breton). Cette structure a pour but de financer des organismes qui interviennent auprès de personnes fragilisées en raison de leur âge, de leur handicap ou de leur situation sociale. Depuis sa création, la fondation a soutenu une quarantaine de projets pour un montant total de 940.000 euros. Les associations sont sélectionnées autour de cinq thèmes : « donner leur chance aux enfants et jeunes défavorisés (Apprentis d’Auteuil…), faciliter l’insertion des « sortis de route » (Lazare), réfléchir sur le sens de la vie (Collège des Bernardins), contribuer au développement des pays les plus pauvres (Espoir Niger) et être fidèle à ceux qui nous ont formés (fondation Essec) ».

Côté professionnel, après avoir été le patron pour la France de Virgin Mobile, il fonde à la fin des années 2000 avec trois partenaires ISAI, un fonds d’investissement présent notamment au capital de BlaBlaCar. En 2014, le couple Roux de Bézieux se lance dans une nouvelle aventure en créant Notus Technologies, un fonds d’investissement qui investit notamment dans des start-ups. Dans son programme pour le Medef, l’une de ses priorités est d’accompagner la transformation numérique des entreprises tricolores, en retard sur la question.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.