Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 16 janvier |
Saint Remi
home iconFor Her
line break icon

Que faire face à un enfant qui ne veut pas finir son assiette ?

BOY MEAL

Plantic I Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 28/06/18

Voici quelques phrases et astuces qui apaiseront vos futurs repas en famille !

« J’en veux plus », « J’aime pas ! », « C’est pas bon ! »… Ces expressions fort banales esquissent en réalité les prémisses d’une bataille dont nul ne sait, bien souvent, qui, du parent ou de l’enfant, en sortira vainqueur. Abandonner lâchement, s’énerver et hurler, attendre pendant des heures, lui resservir au prochain repas, faire du chantage, le punir ? Chaque parent a sans doute essayé maintes techniques, selon son humeur ou le temps imparti, sans jamais en être pleinement satisfait.

La clé ne réside-t-elle pas dans le choix d’une seule méthode ? Celle qui inculque à l’enfant boudeur le respect. Respect de la nourriture, respect de la personne qui a cuisiné, respect des personnes qui ont contribué à ce qu’il ait quelque chose dans son assiette plutôt que rien. L’épineuse question de faire finir son assiette ou pas relève de ce grand défi de l’éducation qu’est l’éducation aux repas, et qui comprend également le respect des horaires, la tenue à table, et le fait de goûter de tout.


GIRL PRAY

Lire aussi :
Comment donner une dimension chrétienne à la table familiale ?

Le respect des horaires

Les repas sont l’occasion de partager un moment familial et d’apprendre les règles de la vie en société. Pour éviter que chaque repas ne devienne un calvaire pendant lequel on s’escrime plus à réprimander qu’à raconter sa journée, il est nécessaire que les règles soient énoncées clairement. La première règle pourrait être que les enfants doivent arriver à table au moment où leur père ou leur mère les appellent. Pour encourager l’enfant à arriver à l’heure, Bernadette Lemoine, psychologue et psychothérapeute, conseille, dans Petites phrases à leur dire pour les aider à grandir, de le prévenir en amont : « Dans cinq minutes, ce sera le moment de déjeuner ! ». Cela évite les hurlements de dernière minute pendant lesquels l’enfant range tranquillement sa poupée ou termine avec minutie une tour en Lego qui n’aurait pas pu attendre une demi-heure de plus avant d’avoir sa coupole. La psychologue fournit aussi quelques astuces : faire sonner une cloche cinq minutes avant le repas ou lancer, de temps en temps, des concours de rapidité.


PHONE

Lire aussi :
Douze phrases constructives à dire à son enfant tous les jours

La tenue à table

Une bonne tenue à table relève également du respect que l’enfant doit apprendre à entretenir vis-à-vis de lui-même et vis-à-vis des autres convives. Se tenir correctement est une forme de respect. Pour y arriver, Bernadette Lemoine préconise d’être précis et concrets dans les remarques que les parents font à leur enfant. Il s’agit de lui montrer concrètement comment bien se tenir sur sa chaise, comment utiliser son couteau ou sa fourchette, comment manger des spaghettis, plutôt que de lui asséner : « Tu manges vraiment comme un cochon ! » La précision passera par des remarques telles que « ne mets pas tes coudes sur la table, ne te balance pas, fais moins de bruit en mangeant ta soupe », au lieu du simple et imprécis « Tiens-toi bien ! » Une astuce pour encourager l’enfant : décerner des médailles (de propreté, de bonne tenue…).

Goûter de tout

Les repas s’apaiseront si une des règles édictées à l’avance précise de goûter de tout, au moins un tout petit peu. « Tu as le droit de ne pas aimer mais tu n’as pas le droit de ne pas en goûter au moins un tout petit peu ! », engage à dire Bernadette Lemoine. Sens de l’effort, respect de la nourriture et des personnes, ouverture d’esprit, voilà ce à quoi contribue le fait de goûter de tout.

Terminer son assiette

Calme et fermeté sont les maîtres-mots définis par Bernadette Lemoine pour affronter cette rude épreuve qui consiste à demander à un enfant de finir son assiette quand il n’aime pas… Épreuve qui paraît simple lorsqu’elle est décrite, comme ça, noir sur blanc, mais qui peut se révéler ô combien épuisante et énervante lorsque le mouflet en question refuse d’ouvrir le bec. Il arrive qu’on passe par un bras de fer sans fin, par des arguments mielleux (selon lesquels la soupe ferait devenir grand, beau et fort, par exemple !), qu’on remplace finalement par un chantage (tu auras une Danette seulement si tu finis ta soupe !), mais au bout du compte, aucun moyen n’obtient le résultat escompté. Résultat, le parent crie, l’enfant hurle, tape du pied, se met dans tous ses états, adieu le repas paisible et convivial ! Et voilà qu’on craque : on lui refile sa Danette, tant pis pour la soupe, les vitamines et les muscles superpuissants, histoire d’avoir la paix.


MOM,BABY,STRESS

Lire aussi :
Burn out maternel : quand les mères sont à bout

Afin d’éviter ce genre de situation, Bernadette Lemoine conseille d’abord de prévenir l’enfant de l’heure à laquelle le repas sera terminé : « Quand l’aiguille sera sur le 8, le temps du dîner sera terminé. Tu mangeras demain ce que tu n’as pas fini aujourd’hui. » Calme. Ferme. Ne rien donner en remplacement, et effectivement, garder pour le repas suivant les restes du repas boudé. Il est important d’inculquer à l’enfant qu’on ne peut pas jeter la nourriture à la poubelle. Cependant, précise la psychologue, chaque parent doit s’adapter à l’enfant et lui demander un effort raisonnable. Un parent bien attentionné veillera donc à servir à sa progéniture de petites quantités, pour éviter d’avoir à le forcer de finir.

Albin Michel

Petites phrases à leur dire pour les aider à grandir, Bernadette Lemoine et Diane de Bodman, Albin Michel, mai 2018, 191 pages, 12,50 euros

Tags:
ÉducationEnfants
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
WOMAN,PRAYING,PRAYER
Claire Guigou
Six clés pour comprendre l'ouverture aux femm...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
Rachel Molinatti
La vidéo de ce couple d'octogénaires va faire...
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Comment faire renaître la flamme de l’amour d...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Rachel Molinatti
Neige à Madrid : il sculpte un immense Christ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement