Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Non, Louis XIV ne s’est pas marié à Versailles

SAINT JEAN DE LUZ
Partager

Dès que l'on pense à Louis XIV, on pense bien évidemment à Versailles et son château. Edifié à sa demande, le Roi Soleil ne s'y installera pourtant qu'à partir de 1685 à l'âge de 44 ans. Marié en 1660 à l'infante d'Espagne Marie-Thérèse, son mariage se déroula à des centaines de kilomètres de là, dans une jolie ville du sud de la France.

C’était un 9 juin. Ce jour là, en 1660, Louis XIV s’unissait à l’infante d’Espagne Marie-Thérèse…. en l’église de Saint-Jean-de-Luz. Pour en comprendre la raison il faut remonter au traité des Pyrénées, que la France signe avec l’Espagne le 7 novembre 1659, et qui met fin à une guerre qui durait depuis 1635. En signe de réconciliation, une clause secrète prévoit le mariage entre le jeune Louis XIV, âgé de 21 ans, et sa cousine, fille du roi Philippe IV d’Espagne, l’infante Marie-Thérèse, du même âge.

Un mariage organisé à la frontière

En 1659, Louis XIV, accompagné de sa cour, quitte Paris pour rejoindre la frontière espagnole et se rendre au Pays-Basque, dans la petite ville de Saint-Jean-de-Luz. C’est ici, dans cette petite ville située au bord de la mer, que l’on décide d’organiser le mariage entre les deux futurs époux. Qui imaginerait Louis XIV se baladant sur la plage en compagnie de sa cour ? Et pourtant.

Quelques jours avant le jour J, Louis XIV se rend en barque sur la petite « île des Faisans », à la frontière franco-espagnole — appelée également « île de la Conférence » en raison des nombreux échanges diplomatiques ayant eu lieu sur cet île — où loge Marie-Thérèse. Il y rencontre sa future épouse et le roi d’Espagne. Ensemble, ils confirment le traité de paix et le mariage. Les affaires diplomatiques réglées, Marie-Thérèse fait des adieux déchirants à sa famille qu’elle ne reverra jamais plus et suit son futur époux jusqu’à Saint-Jean-de-Luz.

© Wikimedia commons
Mariage de Louis XIV

Une église en plein travaux !

Le 9 juin 1660, la ville est en liesse et l’église Saint-Jean-Baptiste est somptueusement décorée de tentures pour cacher les travaux d’agrandissements en cours. En effet, l’église est alors en plein chantier ! Une grande galerie est spécialement élevée entre le logis de l’infante et l’église pour abriter la future souveraine. À midi précise, un régiment d’une centaine de Suisses s’avance, tambour battant, vers l’église, suivi par les membres de la famille royale et les gens de la cour. Louis XIV s’avance, précédé du cardinal Mazarin, et accompagné de Marie-Thérèse, habillée d’une robe de toile d’argent. Elle porte un très grand manteau violet semé de fleur de lys et une lourde couronne, signe qu’elle appartient déjà au royaume de France. La cérémonie, qui dure trois heures en tout, est célébrée par Mgr d’Olce, évêque de Bayonne. À l’occasion de ce mariage fastueux et en guise de remerciements, Louis XIV offre à l’église de la ville de somptueux ornements et vêtements liturgiques. Ces offrandes sont d’ailleurs toujours conservées dans la sacristie de l’église Saint-Jean-Baptiste.

Après plusieurs jours de fête, le souverain, désormais marié, repartit à Paris avec sa nouvelle épouse et la cour. La petite ville de Saint-Jean-de-Luz, qui n’avait jamais connu une telle liesse, retrouva alors son calme légendaire.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]