Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

De « pieuses » ouvertures pour les religieuses cloitrées

Soeurs cloîtrées
© Shutterstock
Partager

Le Saint-Siège a publié, le 15 mai, l’instruction Cor orans, pour « clarifier » les dispositions prises par le pape François sur la vie contemplative féminine, en 2016.

La nouvelle instruction Cor orans, publiée le 15 mai par la congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, reprend une grande partie des dispositions énoncées dans la constitution Vultum Dei quaerere du pape François sur la vie contemplative féminine. Publiée en juin 2016, cette dernière est arrivée après 66 ans de non rénovation. La spécificité de la clôture y est réaffirmée ainsi que les valeurs fondamentales de la vie contemplative, mais en tenant compte de l’évolution de la société. Formation, accueil des vocations, clôture, travail, internet… Rien n’est laissé au hasard pour le bien du « cœur orant dans l’Église et pour l’Église », assuré par plus de 40 000 moniales cloitrées à travers le monde.

Plus d’autonomie

Dans une société de plus en plus marquée par les moyens de communication moderne, une de grandes nouveautés est l’autorisation des contemplatives à les utiliser et à les faire entrer au monastère « pour des raisons d’information, de formation ou de travail », en faisant preuve toutefois d’un « prudent discernement », et veillant toujours à préserver le recueillement et le silence de la communauté.

Il est également donné aux monastères plus d’autonomie par rapport à l’évêque diocésain auquel est retiré un certain nombre de pouvoirs que lui attribuait le Code de droit canonique, pour les donner à la supérieure. Par exemple autoriser les moniales à quitter la clôture en accord avec le conseil fédéral des monastères. En revanche, un monastère ayant moins de cinq religieuses à avoir prononcé des vœux solennels perdra désormais de droit son autonomie. Sa suppression, son transfert ou son affiliation sera du ressort de la fédération à laquelle elle est rattachée.

Ferme obligation à se fédérer

L’obligation d’être rattaché à une fédération de monastères pour favoriser « la collaboration » et pour « dépasser l’isolement des monastères », a été préconisée par Pie XII dans la Constitution apostolique Sponsa Christi Ecclesia, en 1950. Celle-ci reste entière. Elle est même réaffirmée avec force dans la nouvelle instruction qui invite chaque monastère à « s’y conformer dans l’année qui suit la présente instruction, à moins d’en avoir été légitimement dispensé » par le Saint-Siège. Passé ce délai, le dicastère pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique affectera lui-même les monastères à telle ou telle fédération, selon des critères géographiques ou « d’affinités d’esprit et de traditions ».

Lors de la fondation d’un nouveau monastère, la présidente de la fédération ainsi que l’assistant religieux du monastère interviennent, afin d’exercer un « discernement » avec toute la prudence nécessaire.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]