Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Si toute l’humanité consommait comme les Français, il lui faudrait 2,9 planètes

PANORAMIC VIEW OF RAPESEED FIELD
By Ekaterina Pokrovsky | Shutterstock
Le 5 mai, le jour où les ressources de la Terre ne suffisent plus à la France
Partager

Vous connaissez le fameux « jour du dépassement », cette date qui illustre le moment où la population mondiale a consommé toutes les ressources naturelles créées en une année sur la planète ? Elle tombe généralement début août. Mais si on ne considère que la France, elle tombe bien plus tôt, ce 5 mai. Edifiant.

La France vit au dessus des moyens écologiques de la planète. Si toute l’humanité consommait comme elle, il lui faudrait 2,9 planètes Terre alors que la moyenne mondiale pour les autres pays se situe plutôt autour de 1,7. À ce rythme là, le « jour du dépassement » en France est désormais fixé au 5 mai, soit un jour plus tôt qu’en 2017. C’est ce qu’a calculé le think thank américain Global Footprint Network avec la coopération de WWF. À partir d’aujourd’hui donc, chaque jour qui passe, nous puisons dans les réserves, loin d’être inépuisables, de la planète : « Tous les scientifiques nous alertent sur le fait que la crise écologique, ce n’est pas dans 20, 30 ou 40 ans. C’est maintenant que les impacts commencent à se faire sentir. Nous sommes au bord de la faillite écologique », s’est alarmé au micro d’Europe 1 le directeur général de WWF France, Pascal Canfin.

Il déplore que « depuis la COP21, l’empreinte écologique et l’empreinte carbone de la France se dégradent du fait d’une baisse des prix du pétrole. Celle-ci a favorisé une augmentation de la consommation de carburants » selon lui. En France, c’est l’empreinte carbone qui contribue le plus au calcul de la dette écologique française. À elles seules, les émissions de CO2 (dioxyde de carbone) représentent 56% de l’empreinte carbone des Français. Si on regarde ces chiffres selon les secteurs d’activités, on constate que les deux-tiers du calcul incombent au logement, aux transports et à l’alimentation.

Des solutions ne manquent pas

Les solutions ne manquent pas pourtant : le tri sélectif des déchets, la construction de maisons moins émettrices de carbone, la réduction du nombre de voitures, le développement des transports propres, la réduction de la consommation de viande… Le grand enjeu d’aujourd’hui et des générations à venir, en favorisant les comportements, les stratégies et les activités qui ne mettent plus l’équilibre écologique en danger.

Tags:
société
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]