Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quand des jeunes du Frat se joignent aux brancardiers de l’ABIIF

FRATERNEL LOURDES
Partager

Tandis que les lycéens d’Île-de-France ont débarqué mercredi 18 avril dans le sanctuaire de Lourdes pour le Frat, certains d’entre eux se sont mis au service des malades pour quelques heures.

L’ABIIF, c’est chaque année de nombreux soignants, une quinzaine de prêtres, 300 personnes malades et handicapées, 600 hospitaliers qui partent à Lourdes durant cinq jours. Parmi ceux-ci, 450 ont entre 17 et 30 ans. Manifestement, le service des plus fragiles séduit même les jeunes générations. Une bonne nouvelle, non ? Depuis sa création, en 1924, le mouvement n’a pas fléchi. Au contraire. Jean-Christophe Pasquier, président de l’association, explique à Aleteia qu' »il n’y a aucun problème pour trouver des hospitaliers ».  S’ils sont aussi nombreux, c’est parce que l’on a besoin d’eux aussi bien dans les salles à manger que dans les chambres, les piscines, ou à la vaisselle. « Nous sommes avec les malades de 7 heures à 22 heures ; nous nous occupons d’eux du matin au soir ». À service d’exception, équipe d’exception.

Lire aussi : Frat de Lourdes : ça swingue !

« Ils sont émerveillés »

Cette année, l’ABIIF n’a pas encore quitté les lieux que les lycéens du Frat ont débarqué. L’occasion rêvée pour quelques jeunes de se joindre aux brancardiers afin de découvrir les joies du service. « Depuis deux jours, on reçoit 200 à 300 frateux qui nous aident pour les repas, poussent les malades, échangent avec eux », témoigne Jean-Christophe Pasquier. « Cela leur permet de découvrir le côté essentiel de Lourdes. Ils sont émerveillés ». Car la relation avec les plus humbles, ça décape !

Entre Philippe qui s’exprime en épelant chaque mot ou Pauline qui émet des cris pour communiquer, les repères traditionnels volent en éclats. Et pourtant, ces personnes heureuses à la foi chevillée au corps donnent une véritable « leçon de vie », déclare Jean-Christophe. Parmi les temps forts du pèlerinage, le sacrement des malades. 210 personnes ont demandé à le recevoir.  « Ce sont des émotions, des larmes, de la joie ». Avant de repartir, une quinzaine de personnes prendront un engagement de service au sein de l’organisation. Demain, les brancardiers d’Île-de-France repartiront. Tandis que les chants du Frat continueront à résonner encore quelques jours.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]