Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Philippines : il pédale contre la « guerre des drogues »

Fr. Amado Picardal
Partager

Un prêtre philippin parcourt actuellement 1 500 kilomètres à vélo, à partir de Manille, pour protester contre la politique du président Duterte.

Le président Rodrigo Duterte en avait fait l’une de ses promesses de campagne : il allait lutter efficacement, violemment, contre le fléau des drogues aux Philippines. Avec son style outrancier caractéristique, il promettait, lors de la campagne présidentielle l’amnistie à tous les policiers qui auraient tué un dealer. Il envisageait d’abattre jusqu’à 100 000 trafiquants et toxicomanes présumés, et affirmait que « les poissons de la baie de Manille (iraient) s’engraisser sur les cadavres ». Des propos qui ont valu à Rodrigo Duterte le surnom de « Dirty Harry« , du nom de l’inspecteur sans scrupule joué par Clint Eastwood dans le film éponyme.

Tout le monde aime Dirty Harry

Dans l’archipel, où le trafic de drogues est un fléau national, Rodrigo Duterte et sa position virile a fait mouche. Les Philippins l’ont suivi, et le désormais président continue à jouir d’une popularité exceptionnelle, deux ans après son élection. Mais l’Église catholique joue les troubles fêtes, en rappelant d’une part que l’on ne peut pas suspendre l’État de droit, et d’autre part que la « guerre des drogues » n’est pas aussi efficace que les autorités le prétendent, malgré son coût exorbitant.

Un prêtre en particulier, le père Amado Picardal pédale à contre-courant. Il est parti en vélo le 14 mars de Manille et parcourra 1 500 kilomètres, jusqu’à Pâques. Il diffuse son message à chaque arrêt : « Il faut que la guerre contre les drogues cesse ». Jusqu’à présent, l’Observatoire des droits de l’homme estime qu’elle a déjà provoqué la mort de 12 000 personnes, l’Église avance le chiffre de 16 000 tués, alors que les autorités affirment qu’il n’y a pas eu plus de 3 000 morts.

Le père Picardal demande aux catholiques, qui représentent 80% de la population, de ne pas s’abandonner à la solution de la violence prônée par le gouvernement. Tuer les dealers ne résoudra pas le problème, explique-t-il. Ce sont le plus souvent les pauvres qui font les frais de la violence, et elle aggrave les maux de cette population déjà éprouvée. « Tuer une personne, c’est en toucher six autres », rappelle le prêtre, qui craint que les meurtres d’aujourd’hui ne nourrissent les conflits du lendemain. Contre la simplicité du raisonnement populaire « plus de dealer, plus de problème », il en appelle à l’intelligence de ses compatriotes. Il brandit des photos, qu’il prend lui-même, de ces morts, souvent de petits consommateurs, et dont certains ne sont pas majeurs.

L’Église philippine sonne le glas

Le 8 septembre 2017, Le cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille faisait sonner le glas, pour rappeler son opposition à la politique du gouvernement. Il rappelait : « Nous ne pouvons gouverner la nation en tuant. » Mgr Mgr Honesto Ongtioco, évêque de Cubao, dénonçait de son côté : « Nous reconnaissons le caractère démoniaque des drogues, mais nous désapprouvons vivement les solutions proposées pour mettre un terme à ce problème : une solution sans considération pour la justice, pour les droits de l’homme, pour la vie humaine ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]