Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Amanda, la petite fille aimée du Ciel au cœur de la canonisation de Paul VI

PAUL VI
Giancarlo GIULIANI I CPP I CIRIC
Le Pape Paul VI.
Partager

Le 7 mars, le pape François a ouvert la voie à la canonisation du bienheureux pape Paul VI (1963-1978), en reconnaissant un second miracle attribué à son intercession. Au cœur de ce miracle, une petite fille qui n’aurait jamais dû naître selon les médecins. Sa mère s’est confiée dans un entretien au site italien Nuova Bussola Quotidiana.

Amanda est une petite fille de trois ans. De prime abord, rien ne permet de distinguer la jeune italienne des autres filles de son âge. Mais pour comprendre son histoire bien particulière, il faut tendre l’oreille au moment de la prière familiale : tous les soirs, avant d’aller se coucher, la petite famille remercie le pape Paul VI. Car Amanda doit la vie à ce souverain pontife.

Tout commence avant la naissance de la fillette, alors que Vanna, sa mère, est enceinte. Effrayée à l’idée d’avoir un enfant handicapé, la jeune femme décide de réaliser une amniocentèse. Cette procédure médicale consiste en un prélèvement d’une petite quantité de liquide amniotique – dans lequel baigne l’enfant à naître – pour surveiller son développement. Mais la procédure n’est pas sans risque.

L’examen ne révèle aucune anomalie particulière concernant l’enfant. Hélas, ses conséquences sont catastrophiques : la membrane est percée et la mère perd le liquide amniotique qui protège l’enfant. « Je me sens encore coupable » d’avoir réalisé une amniocentèse, témoigne la jeune mère. Il n’y aucune chance de survie, lui disent les médecins. Et les docteurs de lui conseiller de recourir à l’avortement pour se débarrasser de cet enfant de toute façon voué à mourir.

C’est qui Paul VI ?

La jeune femme ne peut s’y résoudre. Malgré tout, elle continue à poursuivre les injections de liquide amniotique qui, si elles ne peuvent sauver l’enfant, permettent son développement. À force d’hésitations, elle laisse passer le délai légal pour l’avortement, de 23 semaines en Italie. Contre toute attente, Vanna se sent alors sereine malgré son impuissance. « Son destin ne dépendait plus de moi, je ne pouvais plus rien choisir pour elle ».

Un médecin gynécologue de l’hôpital où elle travaille lui conseille de se rendre en pèlerinage au sanctuaire de Brescia, dédié à Paul VI. À qui ? La jeune femme n’a aucune idée de qui est ce Pape, ne connaît rien de son enseignement, ni même son visage. Le médecin lui explique que ce pontife vient tout juste d’être béatifié grâce à un miracle pour un enfant pas encore né.

Sans trop savoir pourquoi, Vanna suit cette recommandation et se rend au sanctuaire avec son mari Alberto. Devant la statue du successeur de Pierre, le couple fond en larmes. S’ils ne savent pas comment demander au bienheureux d’intercéder pour eux, ils savent ce qu’ils veulent lui demander : de secourir leur petite fille dont la naissance est menacée.

Amanda à aimer

Le 24 décembre 2014, veille du jour de Noël, Amanda naît au bout de 26 semaines de grossesse. Si elle est un enfant très prématuré, elle n’a pas de complication, « Amanda, n’avait rien. Rien », dit sa mère, émue. Pour la maman, le prénom de sa fille — choisi au hasard — est prophétique : en latin, amanda signifie « à aimer ». « Nous l’aimons, mais avant toute chose elle a été aimée du Ciel ».

Ainsi, les deux miracles ayant permis la béatification puis la canonisation de Paul VI sont liés à des enfants à naître. Ce n’est pas anodin car ce Pape est l’auteur de l’encyclique Humanae Vitae (1968) qui condamne les moyens artificiels de régulation des naissances, au premier rang desquels l’avortement. Un texte qui souligne donc la beauté et la valeur de la vie à naître.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.