Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 06 décembre |
Saint Nicolas de Myre
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Amanda, la petite fille aimée du Ciel au cœur de la canonisation de Paul VI

PAUL VI

Giancarlo GIULIANI I CPP I CIRIC

Le Pape Paul VI.

Xavier Le Normand - publié le 15/03/18

Le 7 mars, le pape François a ouvert la voie à la canonisation du bienheureux pape Paul VI (1963-1978), en reconnaissant un second miracle attribué à son intercession. Au cœur de ce miracle, une petite fille qui n’aurait jamais dû naître selon les médecins. Sa mère s’est confiée dans un entretien au site italien Nuova Bussola Quotidiana.

Amanda est une petite fille de trois ans. De prime abord, rien ne permet de distinguer la jeune italienne des autres filles de son âge. Mais pour comprendre son histoire bien particulière, il faut tendre l’oreille au moment de la prière familiale : tous les soirs, avant d’aller se coucher, la petite famille remercie le pape Paul VI. Car Amanda doit la vie à ce souverain pontife.

Tout commence avant la naissance de la fillette, alors que Vanna, sa mère, est enceinte. Effrayée à l’idée d’avoir un enfant handicapé, la jeune femme décide de réaliser une amniocentèse. Cette procédure médicale consiste en un prélèvement d’une petite quantité de liquide amniotique – dans lequel baigne l’enfant à naître – pour surveiller son développement. Mais la procédure n’est pas sans risque.


POPE

Lire aussi :
Un nouveau miracle reconnu pour Paul VI

L’examen ne révèle aucune anomalie particulière concernant l’enfant. Hélas, ses conséquences sont catastrophiques : la membrane est percée et la mère perd le liquide amniotique qui protège l’enfant. « Je me sens encore coupable » d’avoir réalisé une amniocentèse, témoigne la jeune mère. Il n’y aucune chance de survie, lui disent les médecins. Et les docteurs de lui conseiller de recourir à l’avortement pour se débarrasser de cet enfant de toute façon voué à mourir.

C’est qui Paul VI ?

La jeune femme ne peut s’y résoudre. Malgré tout, elle continue à poursuivre les injections de liquide amniotique qui, si elles ne peuvent sauver l’enfant, permettent son développement. À force d’hésitations, elle laisse passer le délai légal pour l’avortement, de 23 semaines en Italie. Contre toute attente, Vanna se sent alors sereine malgré son impuissance. « Son destin ne dépendait plus de moi, je ne pouvais plus rien choisir pour elle ».

Un médecin gynécologue de l’hôpital où elle travaille lui conseille de se rendre en pèlerinage au sanctuaire de Brescia, dédié à Paul VI. À qui ? La jeune femme n’a aucune idée de qui est ce Pape, ne connaît rien de son enseignement, ni même son visage. Le médecin lui explique que ce pontife vient tout juste d’être béatifié grâce à un miracle pour un enfant pas encore né.


POPE PAUL VI

Lire aussi :
Paul VI sera canonisé en octobre

Sans trop savoir pourquoi, Vanna suit cette recommandation et se rend au sanctuaire avec son mari Alberto. Devant la statue du successeur de Pierre, le couple fond en larmes. S’ils ne savent pas comment demander au bienheureux d’intercéder pour eux, ils savent ce qu’ils veulent lui demander : de secourir leur petite fille dont la naissance est menacée.

Amanda à aimer

Le 24 décembre 2014, veille du jour de Noël, Amanda naît au bout de 26 semaines de grossesse. Si elle est un enfant très prématuré, elle n’a pas de complication, « Amanda, n’avait rien. Rien », dit sa mère, émue. Pour la maman, le prénom de sa fille — choisi au hasard — est prophétique : en latin, amanda signifie « à aimer ». « Nous l’aimons, mais avant toute chose elle a été aimée du Ciel ».

Ainsi, les deux miracles ayant permis la béatification puis la canonisation de Paul VI sont liés à des enfants à naître. Ce n’est pas anodin car ce Pape est l’auteur de l’encyclique Humanae Vitae (1968) qui condamne les moyens artificiels de régulation des naissances, au premier rang desquels l’avortement. Un texte qui souligne donc la beauté et la valeur de la vie à naître.

Tags:
Pape Paul VIVatican
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement