Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 08 décembre |
Immaculée Conception
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Savez-vous que, vous aussi, vous pouvez baptiser ?

BAPTISM

PIXABAY

Isabelle Cousturié ✝ - publié le 12/03/18

Ordinairement, c’est un prêtre ou un diacre qui procède au baptême, mais extraordinairement, tout le monde — même les non-chrétiens — peut baptiser. À condition que…

Pour tous les sacrements, le ministre en théorie doit appartenir à un Ordre, à l’exception néanmoins du baptême et du mariage. Le mariage, parce que le sacrement est conféré mutuellement par le chrétien et la chrétienne, devant le ministre qui, lui, assiste et reçoit le consentement des époux au nom de l’Église, puis les bénit. Le baptême, parce qu’il suffit de baptiser convenablement, c’est-à-dire en lavant avec l’eau et en prononçant la formule valide. Mais devant le risque d’interprétations trop extensives, ou que cette faculté soit concédée sous forme habituelle, la possibilité n’est envisagée que dans des situations exceptionnelles.

L’action sacramentelle, une longue histoire

Il faut savoir que pendant des siècles, l’action sacramentelle, dont celle du baptême — a été l’objet de controverses. La question était de savoir si les sacrements pouvaient dépendre de l’excellence spirituelle de celui qui l’administre. Puis est arrivée le concile de Trente et la doctrine de l’ex opere operato, en 1547, et l’efficacité spirituelle des sacrements a été reconnue « de par leur action même », c’est-à-dire indépendamment de l’attitude de celui qui en est l’exécutant. Si le ministre est dûment qualifié et si les conditions sont remplies, le sacrement est valablement et véritablement conféré.

Mais difficile pour un laïc, un non-croyant, ou un hérétique, de remplir toutes les conditions qui le rendent apte à administrer ces sacrements. Une faute quelconque, et le sacrement est invalide : emploi de termes inappropriés, non accomplissement ou accomplissement incomplet des actions requises, non utilisation ou mauvaise utilisation des substances prescrites (l’eau pour le baptême, l’huile pour l’Onction des malades). L’intention doit également être implicite et indistincte de « faire ce que fait l’Église ».




Lire aussi :
Comment expliquer les 7 sacrements aux enfants (sans les ennuyer)

Autre écueil pour la plupart des sacrements, leurs fruits dépendent aussi des dispositions de celui qui les reçoit (foi, conversion du cœur, adhésion à la volonté de Dieu), qui renvoie aussitôt à la nécessité d’une action ex opere operantis, c’est-à-dire « par le fait de l’agent » et non plus seulement « par l’action opérée ». Toutes ces conditions exigent la présence d’un ministre ordonné (évêque, prêtre ou diacre).

Pourquoi l’exception

Le baptême administré par tous — à condition d’être de bonne foi — est valide parce que d’abord la condition de leur âme n’affecte donc pas la validité de leur acte. Saint Augustin, dans son Traité sur saint Jean, (5.18) affirme à ce propos : « que ce soit Pierre, Paul ou Judas qui administre le baptême, c’est toujours le Christ qui baptise ». D’ailleurs, notre Père de l’Église fait remarquer que lorsque les disciples baptisaient, Judas aussi baptisait, et nul n’en s’était inquiété par la suite. Quiconque est donc capable. Et l’intention requise de « faire ce que fait l’Église » est simple : prononcer la formule valide « Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » ; et verser de l’eau sur la personne.  Par ailleurs le baptême est le premier des sacrements, comme une porte d’entrée dans le Royaume de Dieu. Il ne dépend d’aucun autre sacrement . On ne saurait donc le faire dépendre d’un autre sacrement pour sa réception.

Par contre, étant donné l’importance de ce sacrement, il y a une certaine convenance à respecter. Donc si tous peuvent baptiser, il faut que ce soit par nécessité. Il faut s’assurer que nul ministre ordonné n’en soit empêché, qu’il y a urgence extrême, par exemple dans le cas d’un petit enfant en train de mourir, ou d’une personne en danger de mort. Il arrive dans les hôpitaux que des parents qui vont perdre leur enfant demandent à l’infirmière la plus proche de le baptiser.

Devant le risque d’interprétations trop extensives et de concéder cette faculté sous forme habituelle, La normative canonique précise que « à l’absence ou à l’empêchement qui rendent licite la députation de fidèles non-ordonnés pour administrer le baptême, on ne peut assimiler le travail excessif de la part du ministre ordinaire, ni le fait qu’il ne réside pas sur le territoire de la paroisse, ni non plus son indisponibilité au jour prévu par la famille. Aucune de ces raisons ne constitue un motif suffisant ».


BAPTÊME ENFANT

Lire aussi :
Pour faire baptiser mon enfant, comment je m’y prends ?

Tags:
Églisesacrements
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour







Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement