Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

JO 2018 : guidé par sa foi et soutenu par sa femme, Kamil Stoch entre dans l’Histoire

Partager

Après avoir enlevé samedi 17 février l’épreuve de saut à skis sur grand tremplin des Jeux de Pyeongchang, le Polonais Kamil Stoch, 30 ans, est entré dans la légende de son sport.

Une incroyable performance. Kamil Stoch est devenu le troisième athlète de toute l’histoire des Jeux olympiques d’hiver à parvenir à conserver son titre olympique. Avant lui, seuls le Norvégien Birger Rudd (1932 et 1936) et le Finlandais Matti Nykanen (1984 et 1988) avaient accompli pareil exploit. Pourtant, cette 23e Olympiade n’avait pas nécessairement commencé sous les meilleurs auspices pour le sauteur qui avait échoué au pied du podium (4e) sur l’épreuve du petit tremplin, le 10 février.

Une messe et ça repart

Entre cet échec et son titre olympique sur grand tremplin, sept jours se sont écoulés. Le temps pour ce catholique qui revendique volontiers sa foi de procéder, sous le contrôle de son entraîneur, à quelques ajustements techniques propres à son sport. Mais également d’effectuer un travail d’introspection notamment à travers la lecture de passages de la Bible et de temps de prière. En atteste cette messe dominicale improvisée dans le village olympique avec ses coéquipiers polonais, le 11 février dernier. « Je suis content que nous ayons cette opportunité. Pour quelqu’un qui est croyant, c’est très important. Nous ferons une autre messe le Mercredi des cendres (le 14 février) », avait-il alors promis.

Sa médaille d’or décrochée en Corée du Sud, Kamil Stoch l’a dédiée à sa femme qu’il a immédiatement rejointe dans la zone mixte, sous le regard quelque peu interdits des journalistes sportifs. « Je voulais remercier ma femme [Ewa Bilan-Stoch, présente en Corée du Sud en tant que consultante pour Europsort, ndlr]. Elle est la personne la plus merveilleuse que j’ai rencontrée de toute ma vie », a-t-il expliqué. Et les deux tourtereaux de s’embrasser sous les objectifs des photographes de presse conscients d’immortaliser l’un des moments les plus chargés en émotion de ces Jeux d ‘hiver.

« C’est le plus beau cadeau que j’ai reçu de Dieu »

Dans une précédente interview accordée à TVP Sport, Kamil Stoch avait déjà souligné le rôle prépondérant qu’occupe son épouse dans sa carrière. « C’est le plus beau cadeau que j’ai reçu de Dieu. Elle est d’une grande bonté et m’apporte son aide à chaque instant que ce soit la préparation mentale ou de la logistique que nécessite mes déplacements en compétition ». Après s’être rencontrés en 2004, Kamil Stoch et sa femme se sont unis en 2010 en l’église de Bachledowka.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.