Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 18 octobre |
Saint Luc
Aleteia logo
home iconCulture
line break icon

Fra Angelico, patron des artistes

Public Domain

Jacques Gauthier - Publié le 19/02/18

En Fra Angelico, merveilleux peintre du XVe siècle, se sont unifiés foi et culture, art et prière. Institué patron des artistes par Jean-Paul II, il est fêté traditionnellement le 18 février. Cette année, dimanche de Carême oblige, sa fête est reportée au 19 février.

Le 3 octobre 1982, Jean-Paul II avait proclamé bienheureux le peintre dominicain Giovanni de Fiesole, mieux connu sous le nom de « Fra Angelico », le frère angélique. Il l’avait fait motu proprio, c’est-à-dire de son propre mouvement, de sa pleine autorité, sans attendre qu’un miracle soit officiellement reconnu. Ce pape ami des artistes, lui-même poète, comédien dans sa jeunesse, avait ainsi donné aux artistes un patron et un modèle. Cette parole du Christ prend ici toute sa couleur : « Tout arbre bon donne de beaux fruits » (Mt 7, 17).

Le peintre angélique

Fra Angelico naît à Vecchio, près de Florence, vers 1400. Il reçoit au baptême le prénom de Guido. Après avoir appris le métier de peintre et de miniaturiste à Florence, il fait partie des « Compagnons de Saint Nicolas » dans l’Église du Carmel. Attiré par la vie religieuse, il entre chez les Frères Prêcheurs qui vivent à Fiesole dans le couvent de Saint-Dominique. Il prend le nom de Giovanni (Jean) et a pour prieur et pour maître des novices saint Antonin, le futur archevêque de Florence.

Pour lire notre diaporama « Fra Angelico, peintre de l’enfance du Christ », cliquez sur la première image.

Frère Jean étudie la théologie à Foligno et à Cortone, où il est ordonné prêtre. Il est nommé vicaire puis prieur. Même s’il s’acquitte avec zèle des charges qui lui sont confiées, c’est la peinture qui l’intéresse. Il peint de superbes images de Marie, dont « l’Annonciation » et le « Couronnement » pour l’église de son couvent. Vasari dira que ces œuvres semblent avoir été peintes par les mains d’un saint ou d’un ange. Maître d’un atelier, le religieux réalise des peintures pour d’autres églises.




Lire aussi :
Fra Angelico, Greco, Rembrandt, Vermeer : ces peintres, serviteurs de l’Éternel

De 1439 à 1445, il est envoyé à la nouvelle communauté dominicaine de Saint-Marc à Florence. Ce sera une période intense de création où le religieux peint les célèbres fresques du cloître, de la salle du chapitre, des couloirs et des cellules du couvent. Il deviendra économe de la communauté; cette décoration du couvent restera sa grande œuvre. C’est la sereine intégration entre sainteté et création, oraison et art. L’austérité fait place à la sérénité, la technique, à la contemplation du mystère. L’artiste y exprime ici la beauté de Dieu. Il contemple l’amour divin qu’il exprime par des couleurs lumineuses, surtout le bleu.

Présence à Rome

Le pape Eugène IV, présent au couvent de Saint-Marc lors de l’inauguration en 1443, est tellement impressionné par l’œuvre qu’il fait venir le peintre à Rome. Il lui confie la mission de décorer un oratoire dans l’église Saint-Pierre et la chapelle du Saint-Sacrement au Palais du Vatican. Proposé pour être archevêque de Florence, frère Jean décline humblement cette responsabilité et suggère le nom de son ancien prieur, Antonin.

Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
2
Mathilde de Robien
Les questions à se poser pour savoir si on aime vraiment
3
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
4
Agnès Pinard Legry
Le miracle qui va faire de Jean Paul Ier un bienheureux
5
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
6
Pope Francis - speech
I.Media
Le pape François plaide pour l’inculturation de l’Évangile
7
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement