Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

En Centrafrique, le fléau des enfants soldats

CHILD SOLDIERS
Stefanie Glinski / AFP
Partager
Commenter

En première ligne dans la lutte contre l’enrôlement d’enfants dans les milices en Centrafrique, le Père Guy-Alain Andjelidou témoigne. Pour lui, seule l’éducation peut venir à bout de ce fléau.

Curé de paroisse en Centrafrique, le père Andjelidou est aussi l’un des principaux acteurs œuvrant à la réinsertion des enfants soldats entraînés dans les affrontements que le pays connaît depuis 2013. Ils seraient ainsi quelque 12 500 à être enrôlés de force par les deux principaux groupes armés qui s’affrontent en Centrafrique.

Les miliciens « terrorisent et recrutent avec une violence systématique » les enfants, s’indigne le prêtre. Dans de nombreux cas « ils les obligent à les rejoindre sous la menace des tirs ». Pire, les miliciens n’hésitent pas à « faire naître en eux un désir de vengeance en tuant leurs parents devant leurs yeux ». Un constat que rejoint sœur Elvira Tutolo, religieuse italienne engagée corps et âme pour venir en aide aux anciens enfants soldats. Elle aussi dénonce l’embrigadement sauvage de ces enfants, souvent drogués.

L’éducation comme priorité

Seule solution pour prévenir mais aussi pour réinsérer ces jeunes victimes, selon le père Andjelidou : faire de l’éducation une priorité. « Il n’y a pas de bonnes écoles, déplore-t-il, les enfants ne trouvent pas d’autres activités que de partir dans les forces armées ». Le prêtre centrafricain a ainsi ouvert un centre d’accueil dans sa paroisse où il accompagne une vingtaine d’enfants exfiltrés des forces armées. Grâce à des kits scolaires mis à leur disposition, il leur fait suivre des cours afin qu’ils retrouvent un semblant de vie ordinaire. L’objectif pour le père Andjelidou est de leur faire comprendre « qu’ils ont toute leur place dans la société ».

Sœur Elvira met elle aussi l’accent sur l’éducation, par l’apprentissage d’un métier. Elle veut ainsi assurer un avenir aux enfants traumatisés par la guerre. Dans cette optique, en plus de les faire participer à des activités culturelles, la religieuse a confié à chaque enfant recueilli un terrain de plantations.

La prière du pape François

Des intentions auxquelles le pape François lui-même s’associe. Sur son compte Twitter le 12 février 2018, Journée mondiale des enfants soldats, le pontife a fait part de sa « profonde douleur pour tant d’enfants arrachés à leurs familles pour être utilisés comme soldats ».

En décembre 2016, le successeur de Pierre avait déjà choisi comme intention de prière de « faire tout ce qui est possible pour que la dignité des enfants soit respectée » et pour que soit « éliminé partout dans le monde le scandale des enfants soldats ». 

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]