Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Timides, seules, casanières ? Créez un blog ou un groupe Facebook !

SHY GIRL
Éva Balogh I Unsplash
Partager

Grâce au web et aux réseaux sociaux, les timides et les casanières peuvent apprécier rester chez elles sans éprouver de remords ni subir la pression de leur entourage. Comment ? En créant un blog ou une page Facebook.

Non, la toile et les réseaux sociaux ne véhiculent pas (seulement) des choses terribles, affligeantes ou déprimantes. Ces outils peuvent parfois se révéler utile à l’épanouissement d’une personne. Avec le web, Facebook et d’autres plateformes, on peut aujourd’hui trouver et rencontrer des personnes qui partagent les mêmes passions… ou les mêmes problèmes. Passer d’une page à l’autre à la recherche d’inspirations profondes (ou futiles) peut être utile à l’épanouissement personnel. Certains seraient tentés de dénoncer ces moments de légèreté. Et pourtant, ils permettent aux internautes d’aujourd’hui de se détendre et de se déconnecter à tout moment. C’est finalement, dès qu’on l’exerce avec discernement, une liberté importante. Surtout pour celles qui manquent de confiance en eux. Cette sorte de cocooning à l’heure virtuelle permet d’avoir une vie sociale même pour celles qui font le choix de vivre à la maison.

« IRL », un concept dépassé ?

La « vraie vie » — IRL, in real life — finit toujours pas nous apprendre, tôt ou tard, que nous pouvons avoir beaucoup de faux amis, avec qui nous risquons de vivre des expériences dépourvues de sens. Les échanges dans le réel se transforment parfois en conversations futiles et dénuées d’importance, en mode smalk talk… ou alors ils nous demandent beaucoup de patience afin de trouver le moment — éventuel — de pouvoir aborder des sujets essentiels. 

S’il est de bon ton de critiquer de plus en plus la vie « virtuelle », celle-ci a au moins le mérite de nous permettre d’aller directement vers le site ou le groupe ciblé où nous avons le plus de chances de rencontrer ceux qui peuvent nous répondre, nous soutenir, ou nous apporter des informations que l’on peut mettre en pratique immédiatement. Ces amis virtuels vont droit au but, les présentations et les mondanités, souvent terrorisantes pour les timides, ne sont pas nécessaires. Que ce soit à travers un blog spécialisé dans un domaine qui nous passionne, la mode, les conseils beautés ou… le bricolage. Ou bien à travers un groupe Facebook privé qui rassemble des personnes à la recherche de conseils pour l’éducation des enfants ou de bons plans dans une région.

L’aide réelle d’un monde virtuel

Parfois nous n’avons pas le temps de tourner autour du problème. Il nous faut trouver une roue de secours dans l’immédiat.  Une information confidentielle, une recommandation d’un médecin, un babysitter de confiance… La solidarité naît alors tout de suite. Sans attente systématique de retour. La possibilité de s’ouvrir sans peur et sans honte, de partager ainsi son histoire, a le pouvoir d’apaiser, de discipliner les pensées. Elle force à nommer les choses et aller à l’essentiel. 

Évidemment les commentaires des internautes ne se valent pas. Mais il y a toujours des réponses, des mots de soutien, des témoignages, des recherches de solutions. On peut profiter de l’expérience des autres, sélectionner ce qui a le plus de valeur pour nous. Ces échanges nous obligent à regarder notre propre situation d’un autre point de vue, de prendre conscience que d’autres se posent les mêmes questions, que nous ne sommes pas seules. Alors on partage. On rit. On se console. Et aussi on discute, on se dispute, on échange en acceptant l’idée que l’autre puisse avoir raison. On devient curieux(se?) de l’autre en corrigeant sa propre vision des choses.

Trouver l’âme soeur

Les forums ont probablement une importance toute particulière pour les femmes, notamment pour celles qui sont en congé de maternité ou qui décident de rester avec leurs enfants à la maison. La toile leur permet de rejoindre un cercle social réel, et de savoir qu’elles ne sont pas les otages des quatre murs de leur maison. 

Le célèbre peintre américain Edward Hopper partageait son atelier avec sa femme. Ensemble, ils ont peint sur le sol une ligne blanche que l’autre n’avait pas le droit de franchir. Notre espace virtuel c’est un peu comme un atelier privé bien défini par des lignes autour. Le blog n’est pas seulement un journal intime. Ce n’est pas seulement une célébration de la vie secrète mais plutôt une invitation à entrer dans l’univers de chacun.

Pour les femmes qui fondent une famille, il est très important de ne pas oublier de s’exprimer par « moi, je », de donner du temps à leur vie intérieure — de l’enrichir grâce à un blog ou autre espace virtuel privé qui pourra enrichir merveilleusement la vie de la famille. 

Voilà ma maison, mon bébé… Voilà les livres que je lis. Voilà comment je veux élever ma fille. Voilà comment je prie. Voilà comment je cherche Dieu dans chaque détail de ma vie. Parfois j’y arrive. Parfois non. Et vous? Parlons en sur le web !

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]