Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Des grands parents qui gâtent trop leurs petits enfants… est-ce un mal ?

Grandparents GRANDCHILDREN
By Monkey Business Images | Shutterstock
Partager

Les parents critiquent volontiers l’affection sans limites, sinon leur permissivité, des grands parents auprès de leurs petits-enfants. Mais paradoxalement ces "erreurs d’éducation" ont une valeur précieuse.

Anne-Fleur, 37 ans, est maman de deux petits enfants. Cadre dans un grand groupe de cosmétiques, son statut lui impose des journées harassantes : horaires de travail à rallonge, téléconférences à toute heure pour s’adapter aux différents fuseaux horaires, présentations à terminer pendant le week-end… Quant à son mari, celui-ci voyage beaucoup en semaine : c’est plutôt un papa « pour les week-end ». Aussi, sans l’aide de ses propres parents, Anne-Fleur ne s’en sortirait pas. « Dès que je dois travailler tard le soir, il suffit que j’appelle ma mère. Elle répond toujours dans l’heure en venant à mon secours ».

« Sa disponibilité est merveilleuse, reconnaît Anne-Fleur. Le seul problème avec ma mère, continue-t-elle, c’est qu’elle reste complètement fermée à toutes mes instructions. Elle permet aux enfants de sauter sur le canapé, de dîner devant la télé, de manger tout ce qu’ils aiment et que je leur interdit par principe, à commencer par les pizzas et les crèpes au nutella à volonté… J’ai l’impression de devoir surveiller ma mère quand elle surveille mes enfants ! ».

Les parents ont trop tendance à critiquer les grands-parents sans voir ce qu’ils font de merveilleux pour toute la famille. Paradoxalement, ce qui semble être une erreur d’éducation, peut être une valeur très précieuse. Une valeur que les parents, quant à eux, ne peuvent pas transmettre à leurs enfants.  

Un tremplin pour la vie

L’amour inconditionnel des grands-parents ne sape pas l’autorité des parents. Il ne remet pas en question leurs règles d’éducation. L’enfant reconnaît très vite deux univers distincts : celui des parents et celui des grands-parents. Il apprend alors à s’y adapter. C’est un vrai tremplin et un réel enrichissement pour sa future vie d’adulte qui lui permettra plus facilement d’être à l’aise dans des situations variées, face à des personnes différentes. Avec certains, il sera sur ses gardes, avec d’autres il se sentira plus naturel et plus libre.

Un trésor qui rend fort

Cet amour sans limite représente pour les enfants un vrai trésor pour leur vie entière. Un trésor qui éblouit, qui réchauffe et qui rend plus fort. Un important contrepoids aux autres relations adultes qui, loin de l’amour inconditionnel des grands-parents, sont hélas trop souvent absentes de gratuité et de désintérêt.

La mère d’Anne-Fleur ne peut pas s’empêcher de gâter… dans la joie et sans remords ! Son père, au contraire, tient à construire une amitié d’homme à homme avec son petit-fils. Mais tout le monde en ressort gagnant. Dans ce cadre d’une famille élargie aux grands-parents, la personnalité, la créativité et l’expression d’amour de chacun sont mises en valeur.

Un paratonnerre émotionnel

Quand les parents exigent des règles, en dictant un rythme quotidien imposé par l’agenda serré de multiples activités, les grands parents se doivent tout simplement d’être présents. Il leur revient alors de manifester une dimension sans doute plus joyeuse du quotidien. Celle de la rêverie, de la liberté, de la fête. Sans pression, sans précipitation ni routine.

Les grands-parents ne sont pas la copie des parents. Ils ne sont pas, non plus, des employés volontaires, mais un vrai paratonnerre émotionnel ! De leur côté, les parents ont pour mission d’éduquer et d’apprendre, de veiller avec attention au développement de l’enfant. Tandis qu’avec les grands-parents, l’enfant éprouve déjà la joie d’être une personne aimée telle qu’elle est, quasiment idéale. Avec ses protecteurs plus âgés, la vie pour lui, c’est ici et maintenant ! Ce bagage d’estime de soi, de courage, de joie d’être tout simplement bien, constituera plus tard une vraie force.

Une médiation bienveillante

Voilà pourquoi l’enfant sait intuitivement qu’il peut presque tout dire à sa grand-mère : il peut se plaindre de ses parents, il a le droit de s’épancher, de pleurer sans réserve en sachant qu’il sera toujours consolé. Cette relation qui chevauche une génération évite les écueils ou les dangers de la relation parent-enfant. De surcroît, elle offre un recours qui peut agir comme un vrai système d’alarme en cas de problème. Un système sans faille car il peut agir tout de suite. Pourrait-on rêver meilleur médiateur familial qu’un grand-père ou une grand-mère attentif, disponible et bienveillant ?

Petits secrets et grandes alliances

Les psychologues spécialisés dans le développement de l’enfant, remarquent qu’une relation épanouie avec les grands-parents permet à l’enfant d’avoir une vie sociale plus riche. Le temps et la patience des grands-parents lui font découvrir l’empathie. « Aidons ta petite soeur », « partageons le goûter avec ton ami », « viens, on va donner à manger aux canards, ils doivent avoir froid aujourd’hui ! ».

L’enfant apprend aussi à avoir des petits secrets, à créer puis à tisser les premières alliances. Malgré les apparences, la bienveillance et le manque de conséquences parfois des grands-parents offrent à l’enfant une certaine indépendance qui peut favoriser la curiosité et le courage. Pourquoi ? Parce que l’enfant observe ses grands-parents non pas comme des nounous mais comme des personnes à part entière.

Laissons les grands-parents faire découvrir un autre monde !

Alors, laissons les grands-parents être eux-mêmes, pour le bien de toute la famille ! Permettons-leur de faire découvrir un autre monde ! Ne faudrait-il pas redonner de l’importance à la génération aînée, comme celle dont le rôle est de transmettre la mémoire et les valeurs ?

Déposer l’enfant à son cours de danse ou d’équitation est à la portée de n’importe qui. Mais raconter l’histoire de la famille, rappeler les prénoms des ancêtres, faire comprendre le sens de l’héritage du passé ? Tout cela compte tout autant, si ce n’est plus, que toute activité de perfectionnement… La force intérieure de chacun provient évidemment de tous les talents les plus divers et les plus merveilleux du monde, mais aussi, ou surtout, du sentiment d’appartenance et d’identité familiale.

Ne disons pas aux grands-parents comment ils doivent aimer leur petits enfants. Car lorsque les parents mobilisent toutes leurs forces pour que leur enfant « devienne quelqu’un », les grands-parents lui apprennent « comment l’être ». Ils savent ce qui est essentiel et leur amour inconditionnel complète à merveille celui des parents.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]