Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Le conseil avisé du pape François pour s’adresser à Dieu

pope francis interview
Partager

Dans un nouveau livre à paraître, le pape François nous invite à parler à Dieu… comme à notre père.

Tout a débuté en août dernier lorsque Don Marco Pozza, aumônier de prison à Padoue, dans le nord de l’Italie, s’est rendu au Vatican afin d’interpeller le pape François sur la prière du Notre Père. De ces échanges ont été extraites huit vidéos, d’une dizaine de minutes chacune, diffusées d’octobre à décembre sur la chaîne italienne TV2000. De nombreux sujets sont abordés tels que Satan, la honte du péché… et notre « papa », Dieu. Aujourd’hui, ces réflexions sont à découvrir dans le livre Quand vous priez dites Notre Père (Bayard/ librairie éditrice vaticane).

« Le Notre Père me donne de la sécurité. Je commencerai par cela : il me donne de la sécurité, je ne me sens pas déraciné, je ne me sens pas orphelin, explique le pape François. J’ai un père, un papa qui m’apporte l’histoire, qui me fait voir la racine, qui me protège, me fait aller de l’avant et aussi un papa devant lequel j’ai le sentiment d’être encore un enfant, car Lui est grand, il est Dieu et le Christ nous a demandé d’être comme des enfants, détaille ainsi le pape François. Dieu offre la sécurité d’un père, mais d’un père qui accompagne, qui attend. Rappelons-nous les paraboles du chapitre 15 de l’Évangile de Luc : la brebis égarée, le fils prodigue… Un père qui, lorsque tu te repens de tes mauvais choix, de tes erreurs, et que tu prépares ce que tu vas dire, ne te laisse pas parler mais t’embrasse et te fête. Un papa qui prévient – “fais attention, tiens compte de ceci…” – mais qui te laisse libre de choisir. »

« Je crois qu’aujourd’hui, le monde a un peu perdu le sens de la paternité, rappelle encore le souverain pontife. C’est un monde malade d’“orphelinage”. Prononcer et entendre le “notre” du Notre Père signifie comprendre que l’on n’est pas enfant unique. Se sentir enfant unique est un danger que nous courons, nous, chrétiens. Non, non ; tous, même ceux qui sont méprisés, sont tous fils du même Père. Le Christ nous dit : les pécheurs, les prostituées, les exclus entreront tous avant vous dans le royaume des cieux. »