Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Mais où se trouvent les os de saint Nicolas ?

Saint Nicholas
By Sergey Kamshylin | Shutterstock
Saint Nicolas
Partager

Des chercheurs américains ont analysé un fragment d’os retrouvé dans l’Illinois qui pourrait appartenir… à saint Nicolas. L'analyse des reliques de saint Nicolas conservées à Bari et à Venise permettrait de vérifier si les os appartiennent au même individu.

Célébré le 6 décembre, saint Nicolas vécut en Turquie dans la ville de Myre, aujourd’hui appelée Demre. La plupart de ses restes se trouvent dans la basilique de San Nicola, à Bari (Italie) depuis 1087, et plus de 500 fragments d’os sont conservés à Venise. Mais, au fil des ans, des fragments de reliques ont été acquis par des églises du monde entier.

C’est dans ce cadre-là que des chercheurs de l’université d’Oxford ont mis la main sur une relique acquise par le père Denis O’Neill, un prêtre vivant dans l’Illinois (États-Unis), et qui provient de Lyon. Ils ont étudié un micro-échantillon de ce fragment osseux et une datation par le radiocarbone a permis d’établir que la relique datait du IVe siècle après Jésus-Christ, soit l’époque où saint Nicolas est mort (vers 343 après Jésus-Christ), selon les historiens.

D’après les chercheurs, « les résultats suggèrent que les os pourraient être authentiques et appartenir au saint », détaille l’université d’Oxford dans un communiqué. À l’inverse de nombreuses autres reliques étudiées dont l’époque ne correspondait pas, « ce fragment d’os suggère que nous pourrions avoir affaire aux restes de saint Nicolas lui-même », a indiqué le professeur Tom Higham.

« Ces résultats nous encouragent à nous tourner maintenant vers les reliques de Bari et Venise pour tenter de montrer que les restes osseux proviennent du même individu, a indiqué le docteur Georges Kazan. C’est passionnant de penser que ces reliques, qui datent d’une époque si ancienne, pourraient bien être authentiques. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]