Aleteia

Comment bien acheter dans les marchés de Noël, sans se faire avoir ?

© Shutterstock
Partager
Commenter

Chaque année, de nombreux marchés de Noël s’installent au coeur des villes. Vin chaud, sucreries, idées cadeaux, et spécialités régionales sont présentées sur les étalages des petits chalets en bois. Mais attention à l’authenticité de certains produits dont l’origine est parfois frauduleuse !

La période de Noël est très importante pour les commerçants qui espèrent vendre un maximum de leurs articles, à tel point que certains en profitent pour pratiquer des prix abusivement hauts. Voici quelques conseils pour bien acheter sur les marchés de Noël et ne pas se faire avoir.

Bien regarder les étiquettes

Sur le marché de Noël d’Avignon, on trouve de tout : produits provençaux, nationaux et aussi d’importation. Si les visiteurs aiment venir au marché de Noël pour découvrir et acheter des spécialités locales, personne n’est à l’abri de tromperies sur l’origine des produits. Il faut donc être vigilant et bien observer les étiquettes, pour ne pas avoir de mauvaises surprises :

« Si l’on achète du vin, il faut par exemple vérifier que l’appellation est précisée sur l’étiquette, car s’il est écrit qu’il s’agit d’un mélange de vins, son origine reste indéterminée », explique Alain de Vecchis, président de l’association Force Ouvrière Consommateurs du Vaucluse (AFOC). Si on observe un « N » majuscule entouré d’un cercle sur la bouteille, qui signifie « Négociant », alors le vin peut être le produit d’un assemblage, et donc de mauvaise qualité. Si en revanche, on trouve inscrit le sigle « R », signifiant « Récoltant », cette fois c’est bon signe, car c’est le viticulteur lui-même qui l’a mis en bouteille.

Il faut de manière générale essayer de bien observer l’intérieur du chalet. Le vin chaud peut par exemple être fait à partir de briques de vin et de sachets de poudre d’arômes, qui sont mal dissimulés sur les étalages. L’origine d’un produit peut être galvaudée de multiples façons et si on a le moindre doute sur sa qualité, on peut toujours demander à goûter et se fier à ses papilles. Si le commerçant refuse, c’est plutôt suspect…

Comparer le prix à l’unité avec le prix au kilo

« Bien souvent, le but des commerçants est de vendre leur surplus de production pendant la période des marchés de Noël qui est très attractive », explique encore Alain de Vecchis. « L’intérêt de ces marchés est d’aider les commerçants et de pouvoir proposer les produits à des prix abordables », ajoute-t-il. Or parfois les prix sont prohibitifs : « Les articles sont souvent vendus 30 à 50 % plus cher à l’unité qu’au kilo », explique Alain de Vecchis de l’AFOC.

Selon l’affichage réglementaire, le prix au kilo doit obligatoirement être visible, pour que le consommateur puisse comparer si plusieurs stands vendent le même produit. « Attention car le droit de rétractation pour le consommateur qui est habituellement de 14 jours ne s’applique pas sur les marchés de Noël », explique Patrick Hautière, Président de l’association Consommation, Logement et Cadre de vie du Var. Le prix d’un produit comme une boule de Noël peut être vendu bien plus cher sur un marché de Noël, qu’il n’est vendu quelques mètres plus loin directement en magasin ou encore sur internet…

Les mentions réglementées

Il est parfois difficile de reconnaître l’origine d’un produit. Le foie gras peut par exemple être cuisiné selon une recette alsacienne, mais préparé avec de l’oie hongroise. En ultime recours, on peut donc se fier aux mentions réglementées.

Les mentions « À l’ancienne » et « Traditionnel » indiquent que le produit est fabriqué selon des usages anciens, répertoriés et sans additifs. La mention « Naturel » signifie encore que le produit est non transformé et non traité. Un produit étiqueté « Du terroir » est composé de matières premières issues d’une aire géographique restreinte. Enfin, si vous souhaitez consommer local, privilégiez l’origine géographique ou les termes « fermier » et « pur » (pur jus, pur porc).

Enfin, pour savoir si un produit vient de France, on doit en théorie trouver l’indication « Appellation d’origine contrôlée (AOC) », et s’il provient d’Europe, on liera « Appellation d’origine protégée (AOP) ». Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le guide de Noël réalisé par l’association de consommateur UFC-Que Choisir est très complet.

Partager
Commenter
Tags:
Noël
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]